Publicité

Émile Louis : Un nouveau crâne identifié dans le « cimetière » du tueur, vraisemblablement celui de Marie Coussin

Emile Louis ici photographié le 10 octobre 2005 à la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, est mort en octobre 2013
ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP Emile Louis ici photographié le 10 octobre 2005 à la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, est mort en octobre 2013

POLICE - Une huitième victime ? Un crâne retrouvé dans l’Yonne, dans le « cimetière » des victimes du tueur en série Émile Louis, a été identifié comme celui d’une femme jusqu’alors inconnue, a indiqué ce mercredi 6 mars le parquet, une association de parties civiles estimant qu’il s’agit d’une nouvelle victime de l’assassin.

« L’ADN du crâne retrouvé et les recherches en parentèle permettent de considérer avec vraisemblance que l’ossement considéré appartiendrait à Marie Jeanne Ambroisine Coussin, née en 1935 », a indiqué à l’AFP Hugues de Phily, procureur à Auxerre.

Marie Coussin, une enfant de l’assistance qui vivait seule en foyer, avait disparu en 1975. Son foyer se trouvait sur le trajet qu’empruntait Émile Louis en tant que chauffeur de bus. Cette femme ne figurait pas sur la liste des sept victimes connues d’Émile Louis, interpellé en 2000 pour avoir tué ces jeunes handicapées de l’assistance sociale, entre 1977 et 1979.

Condamné à la prison à perpétuité en 2004, puis une nouvelle fois en appel en 2006, il est mort en octobre 2013 à Nancy à l’âge de 79 ans.

« L’enquête ne permet pas d’aller plus en avant pour le moment », a ajouté le procureur, interrogé sur la possibilité qu’il s’agisse d’une nouvelle victime d’Émile Louis. « Aucune piste n’est privilégiée car aucun élément objectif ne le permet », a-t-il dit.

Des fouilles en cours sur zone

« C’est sûrement la huitième victime d’Émile Louis qui a été retrouvée », estime cependant Pierre Monnoir, président de l’Association de défense des handicapés de l’Yonne, qui représentent quatre parties civiles.

Pierre Monnoir en veut pour preuve que le crâne a été retrouvé « entre les deux corps » de victimes d’Émile Louis. Le tueur avait indiqué cet endroit mais seules les dépouilles de deux victimes, sur les sept connues, avaient été retrouvées en 2000.

Le président demande que, dorénavant, « on fouille toute la zone » où ont été retrouvés les restes, ce qui n’a pas encore été fait, s’étonne-t-il. Didier Seban, avocat spécialiste des « cold cases », les affaires non élucidées, et qui représente la famille Coussin, a indiqué à l’AFP avoir saisi le parquet pour demander une fouille extensive. « À l’époque, on avait insisté pour l’avoir mais on nous avait opposé le manque de moyens », a-t-il dit.

Le crâne a été découvert en décembre 2018 à Rouvray (Yonne). Les enquêteurs avaient alors espéré qu’il s’agisse d’une des victimes non encore retrouvées mais l’analyse ADN n’avait rien donné. Des années plus tard, les progrès scientifiques aidant, une nouvelle recherche avait été rendue possible mais cette fois basée sur l’ADN « de parentèle ».

Cette méthode permet de relier une empreinte génétique avec d’autres issues de la même parenté afin d’en vérifier la conformité avec celles présentes dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

À voir également sur Le HuffPost :

  

Agression antisémite à Paris : un homme interpellé, suspecté d’avoir attaqué un sexagénaire portant une kippa

Paris : une cliente du Ritz dépose une plainte pour viol à quatre reprises lors d’un massage