Publicité

Émeutes: Emmanuel Macron juge que le "pic est passé"

Le président de la République reçoit 241 maires de communes "victimes d'exactions" durant les émeutes urbaines. Le "pic" serait passé, selon le chef de l'État, qui se veut malgré tout prudent.

Émeutes: Emmanuel Macron juge que le "pic est passé"

Pour la deuxième soirée consécutive, la nuit de lundi à mardi n'a été marquée par aucun incident majeur, alors que les violences urbaines ont marqué le pays la semaine dernière. Face à 241 maires de communes "victimes d'exactions", invités à l'Élysée ce mardi, Emmanuel Macron a jugé que "le pic" des émeutes était passé.

"Est-ce que le retour au calme est durable?", a interrogé le chef de l'État. "Je serai encore très prudent pour les jours et les semaines qui viennent. Mais enfin le pic que nous avons connu dans les premiers soirs est passé."

Des promesses "à la hauteur de ce qu'on a vécu"

Cette réunion à l'Élysée avait pour objectif de "marquer le soutien" d'Emmanuel Macron et "la reconnaissance de la nation" envers le travail des élus locaux, notamment le maire de l'Haÿ-les-Roses, dont le domicile a été pris pour cible ce week-end.

"Si vous êtes là, c’est que vous avez été victimes, parfois vous l’avez été de manière très directe et personnelle, vos familles et vos proches de manière intolérable et inqualifiable", a expliqué le président de la République. "Pour beaucoup d’entre vous aussi, vos agents municipaux ont été pris à partie et vos communes ont eu à vivre la dégradation de Mairies, de commissariats d’écoles."

Après ces tensions, le chef de l'État a promis des "réponses sur le fond" et "à la hauteur de ce qu'on a vécu". Il s'est engagé à ne pas remettre en place "les mêmes choses qu'on fait depuis des décennies", comme l'ont rapporté des participants à la réunion.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je me suis réfugié dans les caves de la mairie" : ce maire raconte les nuits d'émeutes dans sa ville