Publicité

Les élus de Montbéliard bien embarrassés après l’accueil musclé réservé à Gabriel Attal

Gabriel Attal, ici arrivant à l’inauguration du conservatoire « Pays de Montbéliard Agglomération », dans le cadre du lancement de la « Capitale française de la Culture 2024 », à Montbéliard, le 16 mars 2024.
PATRICK HERTZOG / AFP Gabriel Attal, ici arrivant à l’inauguration du conservatoire « Pays de Montbéliard Agglomération », dans le cadre du lancement de la « Capitale française de la Culture 2024 », à Montbéliard, le 16 mars 2024.

POLITIQUE - Visiblement, la série de boutades est très mal passée. Samedi, lors de l’ouverture à Montbéliard de la « Capitale de la culture » 2024, la maîtresse de cérémonie, la comédienne Hervée de Lafond, âgée de 80 ans, n’avait pas hésité à tutoyer Gabriel Attal sur scène.

« Tu es venu en avion alors qu’il y a un TGV, tu te prends pour qui ? Pour le Premier ministre ? », avait-elle lancé au Premier ministre, avant de pointer aussi l’absence de la ministre de la Culture Rachida Dati ou encore les 200 millions d’euros d’annulation de crédits pour le ministère de la Culture en 2024. « On m’avait dit que la soirée s’appelait “Joyeux Bazar”, je confirme », avait rétorqué tout sourire Gabriel Attal.

Malgré tout, plusieurs élus du Pays de Montbéliard n’ont pas digéré l’attitude d’Hervée de Lafond lors de la cérémonie. Dans une lettre, le député du Doubs Nicolas Pacquot, la maire de Montbéliard Marie-Noëlle Biguinet et le vice-président en charge de la Culture à Pays de Montbéliard Agglomération présentent leurs « plus sincères excuses » au Premier ministre « pour le comportement inapproprié de Madame Hervée de Lafond », elle qui est l’une des trois commissaires artistiques de l’événement culturel.

« Les réactions de déception et de mécontentement exprimées par nos concitoyens, suite à ce dérapage, soulignent avec force que les comportements grossiers à l’égard d’un premier ministre sont une atteinte à notre République. Ils ne peuvent être tolérés et ne relèvent en aucun cas de la liberté d’expression », écrivent-ils notamment.

Hervée de Lafond « ne démissionner(a) pas après ça »

Alexandre Gauthier ajoute auprès de France Bleu Belfort-Montbéliard que « le côté répétitif des blagues et le manque de respect ont mis mal à l’aise un grand nombre d’élus et des gens présents » lors de la cérémonie ce week-end. « Pour moi, il y a une rupture de confiance. Elle doit prendre du recul », estime-t-il.

Se sentant menacée, « je ne démissionnerai pas après ça », a réagi Hervée de Lafond ce lundi au micro France Bleu Belfort-Montbéliard. « Les gens ne sont pas habitués à ce que l’on interpelle les politiques ! Je ne me suis pas beaucoup moqué : je n’ai été ni méchante, ni humiliante. Je ne regrette rien, ce n’est pas une question de droite ou de gauche... Avec François Hollande ça aurait été pareil. Je l’ai chicané, tout le monde sait que j’interpelle les politiques depuis toujours », se défend-elle.

Après Villeurbanne, qui a ouvert le bal des Capitales françaises de la Culture en 2022, le label décerné tous les deux ans par le ministère du même nom a été séduit par le projet de Montbéliard. La manifestation va proposer dans l’année près de 300 événements, dont 150 sont issus d’un appel à projets.

À voir également sur Le HuffPost :

Maths et français : ce que prévoit le ministère de l’Éducation pour les groupes de niveau

La FNSEA annonce le report d’une réunion à l’Élysée, la sortie de crise agricole attendra (encore)