Publicité

Élisabeth Borne participe à un CNR jeunesse à deux jours d’un vote crucial

Élisabeth Borne, ici assistant à la 4e rencontre avec les jeunes de Matignon dans le cadre du Conseil national de la Refondation, à Paris, le 18 mars 2023.
Élisabeth Borne, ici assistant à la 4e rencontre avec les jeunes de Matignon dans le cadre du Conseil national de la Refondation, à Paris, le 18 mars 2023.

POLITIQUE - Comme un moment de répit pour la Première ministre. Élisabeth Borne a participé ce samedi 18 mars à un conseil national de la refondation (CNR) consacré à la jeunesse, à Matignon, deux jours après avoir engagé la responsabilité de son gouvernement sur la très contestée réforme des retraites.

« Quelles que soient les circonstances, j’ai une priorité, c’est vous, les jeunes », a déclaré la cheffe du gouvernement, souriante, entourée de plusieurs dizaines de jeunes, collégiens, lycéens, apprentis, étudiants, en ouverture de ce débat d’environ deux heures sur le thème de l’égalité des chances.

Elle était accompagnée de plusieurs ministres dont Pap Ndiaye (Éducation nationale), Olivier Klein (Ville et Logement), Jean-Christophe Combe (Solidarités), Isabelle Rome (Égalité femmes/hommes) et Charlotte Caubel (Enfance).

Interpellée sur les difficultés d’orientation des élèves, le harcèlement scolaire, les préjugés, la mobilité en zone rurale ou encore l’aide sociale à l’enfance, Élisabeth Borne a évoqué des échanges et témoignages « très stimulants, très inspirants », et promis de « relever le défi ».

Une allusion aux critiques sur son dernier 49-3

« J’ai bien noté que la confiance, c’est aussi de démontrer qu’on prend vos propositions, qu’on en fait des mesures et qu’on en suit la réalisation », a-t-elle assuré dans son discours de conclusion, citant le permis de conduire à 17 ans, l’accompagnement de la sortie de l’aide sociale à l’enfance à sa majorité, la rénovation des logements étudiants du Crous et d’autres pistes évoquées par les participants.

« Je suis convaincue que plus que jamais, redonner confiance dans notre démocratie, c’est une priorité, au-delà des sujets dont on est en train de parler aujourd’hui », a-t-elle ajouté, dans une allusion aux critiques des oppositions et des syndicats qui l’accusent d’être passée en force en recourant à l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter sans vote le texte reculant l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64.

Deux motions de censure doivent être examinées lundi après-midi par les députés. L’entourage d’Élisabeth Borne a précisé ce samedi qu’elle serait « au travail » dimanche, sans aucun événement public prévu.

Après l’écologie, la vie quotidienne et l’avenir professionnel, il s’agissait de la quatrième rencontre thématique autour de la Première ministre avant l’engagement et la citoyenneté, le mois prochain. Cette série de débats doit déboucher au printemps sur des annonces, dans le cadre d’une feuille de route interministérielle sur la jeunesse.

À voir également sur Le HuffPost :

Réforme des retraites : les opposants adorent cette pépite de l’Ina

Motion de censure : ce député Modem veut que le gouvernement Borne tombe