Élections. Nicaragua : la principale opposante pourrait être écartée de la présidentielle

·1 min de lecture

Dans la nuit du mardi 1er juin, quelques heures après s’être déclarée candidate aux élections de novembre, Cristiana Chamorro a été écartée de la course présidentielle par un simple communiqué du parquet. Fille d’une ancienne présidente, vice-présidente du principal quotidien national, cette adversaire du régime autoritaire de Daniel Ortega est accusée de blanchiment d’argent.

Dix jours à peine après avoir ciblé violemment la presse d’opposition, le gouvernement autoritaire de Daniel Ortega poursuit sa croisade contre ses adversaires politiques. Quelques heures seulement après l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle de novembre, Cristiana Chamorro, que les sondages nicaraguayens créditent d’environ 20 % des intentions de vote, a été déclarée inapte à l’exercice d’une charge officielle par un simple communiqué du ministère public, dans la nuit du mardi 1er mai.

Cette décision est une “violation de ses droits de citoyenne puisque la Constitution du Nicaragua stipule qu’une personne ne perd ses droits politiques que lorsqu’il existe une condamnation ferme”, explique le site d’information Divergentes. Mise en cause il y a quelques semaines pour avoir prétendument blanchi de l’argent lorsqu’elle était à la tête d’une Fondation pour la liberté d’expression, la vice-présidente du principal quotidien national (La Prensa) nie les allégations portées contre elles et n’a pas encore été jugée.

À lire aussi: Répression. Au Nicaragua, l’opposition séquestrée à domicile

L’héritière d’une ancienne adversaire

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles