Élection régionale en Rhénanie du Nord-Westphalie : la droite allemande est-elle devenue inaudible ?

© Reuters

Vingt millions d’habitants et 13 millions d’électeurs, soit un quart du corps électoral allemand : quand la Rhénanie-du-Nord-Westphalie passe aux urnes, le scrutin régional devient un sondage sur l’état du pays tout entier. Le chancelier, Olaf Scholz , a donc participé à quatre meetings entre Rhin et Ruhr ces dernières semaines. Il espère une victoire dans cette élection régionale pour faire oublier ses hésitations dans la gestion de la guerre en Ukraine . Les derniers sondages donnent une légère avance à la CDU (32 %, contre 29 % pour le SPD), qui dirige le Land depuis quatre ans avec les libéraux (7 %).

Elle a perdu de sa superbe après la défaite personnelle d’Armin Laschet, président du Land jusqu’à l’automne, qui a dû se retirer dans la foulée des législatives de septembre dernier qui l’ont vu échouer à succéder à Angela Merkel. Le pâle Hendrik Wüst, qui a pris le relais au pied levé, cherche encore sa place. Friedrich Merz, le président de la CDU, s’est donc engagé personnellement dans la bataille. Un soutien de poids, car Merz vient justement de cette région où il jouit d’une aura manifeste. Les conservateurs bénéficient aussi de la large victoire de leur candidat dimanche dernier dans un autre Land, le Schleswig-Holstein. « Cela crée un élan, mais les sondages sont dans la marge d’erreur », analyse Stefan Ernst Marschall, professeur de sciences politiques à l’université de Düsseldorf. Surtout avec 20 % d’électeurs encore indécis vendredi.

Les Verts en bonne posture

La...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles