Niger: Sept membres de la Commission électorale tués par une mine

·2 min de lecture

NIAMEY (Reuters) - Sept membres de la Commission électorale (Ceni) ont été tués dimanche dans l'explosion de leur véhicule sur une mine lors du second tour de l'élection présidentielle au Niger, a déclaré un responsable local de cette commission.

Le véhicule, qui transportait les membres de la commission vers leurs bureaux de vote, a sauté sur une mine dans le village de Dargol, dans le sud-ouest du pays, à 80 kilomètres de la frontière malienne, a déclaré Harouna Mounkaila, vice-président de l'antenne locale de la Ceni.

Les électeurs nigériens étaient appelés aux urnes à l'occasion du second tour d'une élection présidentielle qui doit marquer une première transition démocratique depuis l'indépendance de l'ancienne colonie française en 1960.

Le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, est donné favori après avoir remporté 39,3% des voix lors du premier tour du scrutin le 27 décembre.

Il affronte l'ancien président Mahamane Ousmane, qui a obtenu 17%.

Mohamed Bazoum, âgé de 61 ans, a occupé plusieurs postes de haut niveau dans les gouvernements du président sortant Mahamadou Issoufou, y compris les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur. Il est soutenu par les candidats arrivés troisième et quatrième au premier tour.

Il a promis de poursuivre la politique de Mahamadou Issoufou, faisant de la sécurité un point central de son programme alors que le pays de l'ouest africain lutte tente de contrer les insurrections tout en introduisant des politiques pour réorganiser l'économie.

Mahamane Ousmane, 71 ans, a quant à lui été le premier président démocratiquement élu du Niger. Il a été évincé du pouvoir lors du coup d'État militaire de 1996. Soutenu par une douzaine de petits partis et de candidats au premier tour, il a promis d'apporter des changements et de lutter contre la corruption.

Le Fonds monétaire international s'attend à ce que l'économie nigérienne renoue avec ses niveaux d'avant la pandémie du COVID-19, avec une croissance de plus de 6% cette année après avoir chuté de 1,2% en 2020.

(Boureima Balima, version française Matthieu Protard et Patrick Vignal)