Publicité

Éducation nationale : 47 % d’enseignants en grève dans les collèges et lycées, selon le syndicat Snes-FSU

Amélie Oudéa-Castéra, ici à la sortie de l’Hôtel de Matignon, le 18 janvier 2024.
JULIEN DE ROSA / AFP Amélie Oudéa-Castéra, ici à la sortie de l’Hôtel de Matignon, le 18 janvier 2024.

ÉDUCATION NATIONALE - Les enseignants sont en grève ce jeudi 1er février en France, à l’occasion d’une journée de mobilisation sur les conditions de travail, les salaires et l’école publique. À la mi-journée selon le Snes-FSU, premier syndicat du second degré, presque un enseignant sur deux était gréviste (47 %). Le ministère de l’Éducation nationale donne de son côté le chiffre de 20,26 % de grévistes (20,11 % dans les écoles maternelles et élémentaires, et 20,40 % dans les collèges et lycées).

Selon le Snes-FSU, « plus d’un professeur sur deux » est en grève au collège, niveau concerné par la mise en place des mesures du « choc des savoirs », avec notamment l’introduction des groupes de niveau dès la rentrée, qui fait grincer des dents les syndicats d’enseignants.

Dans le premier degré (maternelle et élémentaire), 40 % des enseignants sont en grève, selon une estimation établie mardi par le premier syndicat du secteur, FSU-Snuipp. À Paris, ce syndicat a recensé jusqu’à 65 % de grévistes dans les écoles.

Les enseignants veulent lancer « un avertissement au gouvernement », qui « reste sourd ». « La situation s’est aggravée avec la nomination d’une ministre à temps partiel qui s’est discréditée dès ses premières prises de parole en attaquant l’école publique, laïque et gratuite », a clamé la FSU-Snuipp dans un communiqué mardi.

De nombreuses manifestations en France

À Paris, une manifestation partira à 14h du Luxembourg (6e arrondissement) en direction du ministère de l’Éducation nationale (7e), à l’appel des principaux syndicats enseignants (FSU, CGT, FO, SUD-Éducation, UNSA-Éducation, SGEN-CFDT). Des manifestations sont prévues dans de nombreuses autres villes, comme par exemple à Marseille où au moins 1 600 enseignants et lycéens ont défilé ce jeudi matin, selon le police.

Cet appel à la grève à destination des enseignants et de l’ensemble des personnels de l’éducation a été lancé en décembre, avant l’arrivée d’Amélie Oudéa-Castéra rue de Grenelle pour succéder à Gabriel Attal, nommé à Matignon.

Mais il a été renforcé depuis janvier par les premières déclarations de la ministre portant sur la scolarisation de ses enfants dans le privé, de nouveaux syndicats se joignant à la mobilisation.

À voir également sur Le HuffPost :

Gouvernement Attal : la fin du remaniement se fait attendre mais il n’y a « pas de sujet en souffrance », assure Prisca Thevenot

La plateforme Mon Master ouvre ce lundi, voici les grandes étapes à avoir en tête