Éducation. La Chine bannit les téléphones portables de ses écoles

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le ministère de l’Éducation chinois souhaite protéger les plus jeunes des effets négatifs des appareils mobiles, notamment sur la vue et l’attention. Une nouvelle loi interdit aux enfants l’utilisation du téléphone portable dans toutes les écoles du pays. Elle défend également aux professeurs d’y avoir recours en classe.

Les écoliers chinois de moins de 18 ans seront désormais systématiquement privés de téléphone portable à leur entrée dans tous les établissements scolaires du pays. Le ministère de l’Éducation chinois vient d’interdire l’utilisation des appareils mobiles dans les salles de classe comme dans les cours de récréation. La directive s’applique immédiatement et vise principalement à protéger “la vue et la concentration des élèves​”.

Le texte publié sur le site du ministère prétend également lutter contre l’addiction à Internet des enfants et améliorer “leur développement physique et psychologique”, précise Inkstone News. Il sera aussi défendu aux enseignants chargés de collecter les téléphones des élèves en classe d’utiliser leurs propres appareils, pour ne pas donner le mauvais exemple.

“Il est inimaginable de les couper d’Internet à l’ère du numérique”

La décision du ministère a suscité un débat dans la société chinoise, comme cela avait été le cas en France en 2018, lors de l’adoption d’une loi similaire pour les moins de 15 ans, note le site hongkongais. De nombreux parents et associations chinoises se montrent aujourd’hui préoccupés par la dépendance des jeunes à leur smartphone, mais certains contestent le bien-fondé d’une interdiction pure et simple.

À lire aussi: États-Unis. Vos enfants sont accros au smartphone ? Prenez un coach

“Il est inimaginable de les couper d’Internet à l’ère du numérique​”, proteste quant à elle Liu Yanping, proviseure d’un prestigieux lycée de Pékin. S’il lui semble acceptable que les élèves de l’école primaire soient préservés des écrans, elle

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :