Opinion. Le “New York Post” n’en peut plus de la folie de Trump

New York Post (New York)
·1 min de lecture

“Anarchiste” qui menace de “tout faire brûler”, “honte”, “coup d’État” : le quotidien conservateur, qui avait appelé à voter pour le président américain, ne mâche pas ses mots contre le refus de Trump de digérer sa défaite à la présidentielle du 3 novembre.

“Monsieur le président, il est temps de mettre fin à cette sombre mascarade.L’avertissement émane du très conservateur New York Post, l’un des rares médias américains à avoir appelé à voter Trump lors de la présidentielle du 3 novembre.

Dans un éditorial qui fait la une du tabloïd américain ce lundi 28 décembre, le quotidien appelle le président américain à “abandonner” ses tentatives désespérées de faire annuler les résultats des élections, “pour [son] bien et celui de la nation”.

D’après le New York Post, celui qui est locataire de la Maison-Blanche jusqu’à l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier prochain est “obsédé” par le 6 janvier, jour où le Congrès américain doit certifier le vote des grands électeurs :

Vous avez tweeté que, tant que les républicains ont du ‘courage’, ils peuvent […] vous donner quatre ans de plus au pouvoir. Vous appelez à un coup d’État non démocratique.”

Trump avait certes le droit d’enquêter sur la bonne tenue l’élection. “Mais soyons clairs : cela n’a rien donné”, affirme le tabloïd, qui cite par exemple le recomptage des voix dans deux comtés du Wisconsin, qui a coûté 3 millions de dollars au camp Trump, et qui s’est soldé par 87 voix supplémentaires pour Joe Biden.

Sauver le Sénat en Géorgie

Selon le New York Post, l’avocate Sidney Powell, qui prétend qu’une fraude informatique généralisée a eu lieu, “est folle”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :