Économie, sécurité, immigration... Le programme des 5 candidats à l'investiture LR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·11 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Les cinq candidats au congrès Les Républicains du 4 décembre 2021 - JOËL SAGET / AFP
Les cinq candidats au congrès Les Républicains du 4 décembre 2021 - JOËL SAGET / AFP

Deuxième round: en vue du congrès organisé par Les Républicains (LR) du 1er au 4 décembre prochain afin de désigner leur futur champion ou championne pour la prochaine présidentielle, les cinq candidats débattent ce dimanche sur BFMTV et RMC, après une première rencontre le 8 novembre. Deux autres se tiendront d'ici au vote des adhérents, les 21 et 30 novembre.

En attendant le scrutin partisan et son résultat, qui sera proclamé dans la journée du 4 décembre, BFMTV.com fait le point sur les programmes des prétendants à l'Élysée, volet par volet.

• Sur l'économie

Michel Barnier

Comme tous ses concurrents sauf Xavier Bertrand, il prône le départ à la retraite à 65 ans. Il veut en outre augmenter la durée du temps de travail.

L'ancien ministre propose de créer une aide sociale unique pour remplacer les aides sociales actuelles, conditionnée à une disponibilité du bénéficiaire notamment pour "effectuer des activités utiles à la collectivité ou en entreprise".

Xavier Bertrand

Le président des Hauts-de-France défend lui un départ à la retraite à 64 ans. Il veut aussi instaurer une "prime au travail" pour que chaque salarié rémunéré à moins de 2000 euros net gagne au minimum "1500 euros net par mois".

Éric Ciotti

Il souhaite remplacer l'impôt sur le revenu par une flat tax (une imposition unique) à 15%. Il défend par ailleurs la suppression de "190 niches fiscales" et veut supprimer les droits de succession et de donation en ligne directe.

Philippe Juvin

L'élu local soutient une réforme du système de retraites en mettant en place des "réserves permettant d'amortir les chocs économiques et les effets du vieillissement de la population". Il s'oppose par ailleurs à la diminution du nombre de fonctionnaires mais veut répartir différemment la fonction publique sur le territoire.

Valérie Pécresse

La président de la région Île-de-France défend une baisse de la dépense publique et un redéploiement des recettes fiscales, des propositions classiques à droite. La dirigeante francilienne souhaite aussi une hausse de 10% du salaire net, et plaide pour la suppression de 150.000 postes de fonctionnaires.

>> Découvrez le détail des propositions économiques des cinq candidats

876450610001_6280015490001

• Sur la sécurité

Michel Barnier

L'ancien ministre envisage de créer une grande loi "d’orientation et de programmation police-justice sur le quinquennat" alors que le budget du ministère de l'Intérieur et de la Justice sont aujourd'hui étanches, notamment en vertu de la séparation des pouvoirs.

Il appelle également à armer toutes les polices municipales et à avoir un recours bien plus large aux drones. Il souhaite également la création d'au moins 20.000 nouvelles places de prison en cinq ans et la multiplication par 4 des centres éducatifs fermées.

Xavier Bertrand

Le patron des Hauts-de-France souhaite donner la possibilité au procureur de prononcer, sans passer par un juge, des peines d'amende pour tout délit dont la peine encourue est de moins de cinq ans. Il souhaite également des "peines minimales obligatoires pour les récidivistes et les crimes et délits les plus graves" - une mesure qui se heurte en l'état au principe de l'individualisation des peines.

Enfin, l'ancien ministre propose d'interdire le salafisme - une mesure difficilement envisageable, selon les constitutionnalistes.

Éric Ciotti

Il propose de créer "un Guantanamo à la française" pour empêcher d'agir des bombes humaines" via "des lois spécialement adaptées au terrorisme comme le Patriot act aux États-Unis."

Philippe Juvin

Le médecin suggère de "rendre public chaque année les résultats de l’État et de chacun des tribunaux, commissariats et casernes de gendarmerie en matière de sécurité".

Il souhaite également la création d’un délit spécifique de violence en bande où la seule présence d’un individu dans un groupe violent le rendra comptable des violences commises. Enfin, le maire de La Garenne-Colombes propose de "refondre le Code pénal pour remplacer les peines d’emprisonnement non-exécutées par des peines d’amende très dissuasives".

Valérie Pécresse

La présidente de la région Île-de-France veut déployer très largement les drones dans les manifestations - le Conseil constitutionnel a censuré une disposition gouvernementale allant dans ce sens - et la reconnaissance faciale à l'entrée des transports en commun pour lutter contre le terrorisme.

Elle souhaite également faire de la radicalisation "un motif de révocation ou de licenciement pour cause réelle et sérieuse, dans le privé comme dans le secteur public".

Elle envisage également d'étendre "l’incrimination d’intelligence avec l'ennemi figurant dans le Code pénal à toute personne soupçonnée de collusion avec des réseaux terroristes pour pouvoir la juger et la mettre hors d’état de nuire avant qu'elle ne commette un attentat".

• Sur l'immigration

Michel Barnier

L'ex-négociateur en chef du Brexit propose "un moratoire de 3 à 5 ans" sur l'immigration ce qui permettrait de "stopper immédiatement les régularisations, limiter rigoureusement le regroupement familial et réduire l'accueil des étudiants étrangers". Il propose de créer "un bouclier institutionnel" qui garantirait que les dispositions ainsi prises ne pourront pas être annulées par la Cour de justice européenne. Ses propos ont beaucoup étonné sur la scène européenne, ses anciens partenaires bruxellois y voyant une sortie qui s'attaque profondément à l'UE.

L'ancien ministre de l'Agriculture réclame également "l’exécution systématique de la double peine" - leur infliger, en plus de la peine judiciaire, une mesure d'exclusion du territoire français.

Michel Barnier propose également de durcir les relations avec les pays qui refusent d'accorder des laissez-passer pour faire revenir leurs ressortissants expulsés de France en leur coupant "l'aide publique au développement".

Xavier Bertrand

Le président de la région Hauts-de-France propose d'organiser un référendum afin de modifier la Constitution et permettre au Parlement de fixer chaque année des quotas d'immigration. Lui veut diviser par trois l'immigration familiale et par deux le nombre de visas étudiants.

Il souhaite aussi expulser "tout étranger condamné à de la prison ferme à l’issue de sa peine". L'ancien ministre veut aussi interdire la régularisation de tous les étrangers entrés illégalement en France.

Éric Ciotti

Il revendique l'utilisation de la notion de "grand remplacement", très controversée et habituellement employée à l'extrême droite. Il propose d'appliquer la préférence nationale et communautaire européenne sur tous les emplois, publics comme privé et l'attribution des logements sociaux.

Sur la question des allocations comme le RSA, les APL ou les allocations familiales, le parlementaire estime qu''aucun étranger ne devrait pouvoir les percevoir avant une présence de 6 ans en France". Il propose également de suspendre l'Aide médicale d'urgence aux étrangers en situation irrégulière "sauf urgence vitale".

Enfin, Éric Ciotti propose la reconduite à la frontière des personnes étrangères condamnées par la justice, sans toutefois préciser quelle catégorie de délit ou de crime serait concernée, et appelle de ses vœux la suppression du droit du sol, "au profit du droit du sang car l'âme française se délite".

Philippe Juvin

Le chef des urgences de l'hôpital européen Georges-Pompidou est également en faveur de quotas d'immigration fixés par le Parlement. Il propose également la fin de "tout regroupement familial", en dépit de la Convention de Genève, et de stopper toute aide sociale aux étrangers en situation irrégulière ou à ceux qui ont un titre de séjour mais qui sont au chômage depuis plus de 3 mois.

Enfin, le candidat envisage la rétention administrative pour tout mineur isolé ainsi que le renvoi dans le pays d'origine.

Valérie Pécresse

Elle propose un projet de réforme constitutionnelle pour "arrêter de subir, et reprendre le contrôle de notre destin et la souveraineté de nos frontières". À la manœuvre, Patrick Stefanini, son directeur de campagne, ex-directeur de campagne de Jacques Chirac et de François Fillon, et l'un des artisans de la création du ministère de l'Immigration, de l'Intégration et de l'Identité nationale. Ce haut-fonctionnaire a également été à la tête de la sous-direction des étrangers au ministère de l'Intérieur.

Ce paquet constitutionnel contient notamment l’instauration de quotas pour les visas et les titres de séjour et le dépôt des demandes d’asile non plus en France, mais depuis le pays d’origine ou auprès des ambassades françaises. L'ancienne ministre propose également d'appliquer sans délai les obligations de quitter le territoire ainsi que d'interdire toute prestation sociale avant 5 années de séjour régulier en France.

· Sur les questions de société

Michel Barnier

L'ancien ministre ne met en exergue aucune mesure sociétale dans la partie "projet" de son site internet, à l'exception de l'éducation.

Xavier Bertrand

Le patron des Hauts-de-France assume ne pas vouloir porter de grande réforme sociétale au cours de son mandat s'il était élu à l'Élysée. Cela sera "une pause", a-t-il défendu sur France Info le 4 octobre dernier, déclarant vouloir "apaiser le pays".

Éric Ciotti

Il souhaite inscrire les "racines judéo-chrétiennes" de la France dans la Constitution.

Le candidat s'était rendu à la Journée du conservatisme fin septembre, organisée par l'ancien mouvement Sens Commun, émanation de la Manif pour Tous. Auparavant opposé à l'extension de la PMA pour toutes les femmes, l'élu des Alpes-Maritimes avait déclaré en juin dernier avoir "évolué sur le sujet".

Philippe Juvin

Egalement présent à la Journée du conservatisme, il prône un accompagnement de la dépendance et défend pour ce faire la budgétisation "dès aujourd'hui" de la nouvelle branche "dépendance" de la Sécurité sociale.

lI s'était déclaré "à titre personnel" favorable à la PMA pour toutes les femmes, "une très bonne chose". Sur France Info en juillet dernier, l'édile francilien avait également défendu l'extension du délai d'IVG à 14 semaines, estimant qu'il y avait "un intérêt et une justification".

Valérie Pécresse

Sur un plan sociétal, elle formule des propositions essentiellement liées à la famille. L'élue veut créer une "prime à la natalité" en versant 900 euros par an à tous les parents qui auront un premier enfant, jusqu'à ses 18 ans. Elle souhaite aussi défiscaliser les pensions alimentaires pour "soutenir les familles monoparentales". Valérie Pécresse défend également la mise en place d'un "congé parental aménageable pour chaque parent, qui pourrait être pris à différents âges de l'enfant jusqu'à ses 18 ans", en cas de difficultés scolaires ou problèmes de santé.

· Sur l'environnement

Michel Barnier

L'ancien négociateur européen veut mettre en place, comme Valérie Pécresse, une taxe carbone au niveau européen. Une telle décision nécessiterait l'accord des 27 États membres de l'UE à l'unanimité. L'ancien ministre de Jacques Chirac souhaite également mettre fin "au développement anarchique de l'éolien qui est en train de massacrer les paysages".

Xavier Bertrand

Il propose d'arrêter de "financer de nouveaux parcs éoliens" et d'investir "massivement" dans le nucléaire.

Éric Ciotti

Il s'est peu exprimé sur les questions environnementales durant le début de campagne. Il appelle cependant à "faire confiance au progrès plutôt qu'aux écologistes archaïques" en misant "beaucoup" sur le nucléaire.

Philippe Juvin

Il préconise de "reconstruire notre souveraineté alimentaire" tout en proposant "d'améliorer le stockage de l'eau" et de geler la disparition des terres agricoles".

Valérie Pécresse

C'est celle qui, à l'heure actuelle, a les propositions les plus détaillées sur l'environnement. Elle souhaite créer une taxe carbone aux frontières de l'UE avec pour objectif d'atteindre la neutralité carbone en France d'ici 2050.

La présidente de la Région Île-de-France propose également de créer une "réserve écologique" mêlant bénévoles et personnes condamnées à des travaux d'intérêt général afin de nettoyer les espaces protégés en France.

Enfin, alors que le gouvernement a annulé plusieurs projets de grande envergure ces dernières années, la candidate propose de "simplifier les lois pour éviter que la justice annule des grands projets après des années de concertation".

· Sur l'éducation

Michel Barnier

L'ancien ministre propose de faire de l'Éducation nationale la grande cause du prochain quinquennat, notamment en dédoublant les classes de primaire dans toutes les zones d'éducation prioritaire (depuis 2017, les classes de CP puis de CE1 sont dédoublées dans les zones d'éducation prioritaire renforcées) et en alignant la rémunération des enseignants sur "le niveau observé dans les autres grands pays".

L'ex-négociateur du Brexit propose aussi de permettre le recrutement des professeurs directement par les chefs d'établissement. Ce serait une généralisation de l'expérimentation locale annoncée par Emmanuel Macron en septembre dernier à Marseille.

Xavier Bertrand

Il s'engage à empêcher toute fermeture de classe en milieu rural "sans accord du maire". Le patron de la Région Hauts-de-France préconise également que les chefs d'établissement des écoles primaires, des collèges et des lycées "soient les véritables patrons pour recruter les enseignants", à l'instar de Michel Barnier.

Éric Ciotti

Il s'est peu exprimé sur les sujets éducatifs durant le début de campagne. Il est cependant en faveur du port de l'uniforme à l'école.

Philippe Juvin

Il propose d'ajouter quatre semaines aux temps scolaires des enfants, notamment en raccourcissant les vacances d'été.

Valérie Pécresse

Elle veut augmenter l'enseignement du français de deux heures par semaine et l'enseignement des mathématiques d'une heure par semaine. L'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur souhaite également instaurer un examen d'entrée en 6ème. Elle propose aussi de créer une réserve éducative nationale, composée de professeurs retraités, qui permettrait notamment de remplacer les enseignants absents.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles