Économie. Malgré la crise, le Mexique s’enrichit grâce à sa diaspora

El Financiero (Mexico)
·2 min de lecture

Les sommes d’argent envoyées à leur famille par les émigrés – et les enfants de ces derniers – vont battre un record en atteignant environ 40 milliards de dollars. Un vrai soulagement pour la balance des paiements du pays.

Malgré la crise économique qui s’est abattue de part et d’autre du Río Grande, la nouvelle a été applaudie du côté sud de la frontière séparant les États-Unis et le Mexique.

Selon les tout derniers chiffres de la Banque centrale mexicaine les remesas ont atteint un nouveau record. Les remesas sont les transferts de devises effectués régulièrement par ceux qui ont quitté le pays, et par les générations suivantes, à leur famille et à leurs proches.

À lire aussi: Le Mexique, plus grand pays d’émigration du monde

En l’occurrence, dans le cas mexicain, il s’agit très majoritairement de personnes ayant émigré aux États-Unis, et de leurs descendants. Soit un total estimé à 12 millions de personnes, dont plus de la moitié ont soit la nationalité américaine, soit le statut de résident permanent, avec la fameuse et très enviée carte verte.

Entre le 1er janvier et le 30 novembre 2020, ces transferts financiers avaient déjà atteint près de 37 milliards de dollars : “Un montant historique, supérieur de 10,9 % à celui enregistré l’année dernière à la même période”, calcule El Financiero.

La pandémie entre en jeu

Ce grand quotidien économique mexicain précise que le bilan total de 2020 pourrait frôler ou dépasser la barre des 40 milliards de dollars. Autant de gagné pour compenser la perte des recettes financières due à la crise du tourisme.

Et El Financiero de citer un économiste mexicain :

Au vu de l’augmentation des ‘remesas’ et de la contraction de l’économie qui a touché le Mexique en 2020, on estime

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :