Économie. Les confinements n’ont pas fait les affaires des fabricants de préservatifs

·1 min de lecture

Le plus gros producteur de préservatifs du monde enregistre un effondrement de ses ventes sur deux ans, au point de se lancer dans la fabrication de gants en latex. Le groupe malais Karex Berhad avait pourtant anticipé une pénurie au début de la pandémie.

Le média américain Quartz relate les malheurs du géant Karex Berhad, producteur de 5,5 milliards de préservatifs par an, soit un sur cinq vendus dans le monde. L’entreprise malaisienne anticipait, au tout début de la pandémie de Covid-19, une envolée de la demande, au point d’annoncer une possible pénurie. “Les gouvernements invitaient les gens à télétravailler, et personne ne voudrait avoir des enfants en ces temps incertains. Quoi de plus logique a priori ?Dans une interview au journal japonais Nikkei Asia, le directeur général de la firme, Goh Miah Kiat, anticipait que les personnes confinées “feraient l’amour, faute d’autres activités, pas vrai ?”.

À lire aussi: Santé. Le Kenya à court de préservatifs

Et pourtant, les ventes ont finalement baissé de 40 % en deux ans. Au point que Karex Berhad s’est lancé dans la production de gants en latex pour compenser ces pertes. La prédiction s’est révélée erronée, comme beaucoup d’autres en ces temps incertains : “Avoir des relations sexuelles protégées pendant la pandémie ne s’est pas révélé facile dans un monde confiné.”

Baisse de la distribution

Karex Berhad n’est pas le seul fabricant à enregistrer une chute des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles