Publicité

École Stanislas : un prof visé par une plainte pour agression sexuelle suspendu par le rectorat

Ce professeur d’histoire-géographie, qui enseigne aussi à Notre-Dame-de-Sion à Paris, est suspendu à titre conservatoire.

ÉDUCATION - Les polémiques n’en finissent plus d’éclabousser l’école privée Stanislas. Dans la tourmente depuis la publication d’un rapport accablant sur les dérives en son sein, l’établissement a indiqué ce jeudi 1er février que le rectorat avait suspendu l’un de ses professeurs visé par une plainte pour agressions sexuelles.

École Stanislas à Paris : deux associations, dont Stop-Homophobie, portent plainte contre l’établissement

« Le Rectorat de Paris a suspendu cet agent à titre conservatoire, ayant été informé d’un dépôt de plainte pour agression sexuelle et d’un article 40 (qui stipule que toute personne qui acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenue d’en informer le procureur) », a indiqué l’école à Marianne.

Ce professeur d’histoire-géographie âgé de 63 enseigne à la fois à Stanislas mais aussi à Notre-Dame-de-Sion, autre école privé de la capitale. Il a aussi été professeur à l’école du Louvre jusqu’en 2020.

C’est dans cette école qu’étudie la jeune femme qui l’accuse d’agressions sexuelles, pour des faits qui se seraient produits il y a plusieurs années. En décembre, elle se serait adressée à la cellule « violences sexistes et sexuelles » de son institution. Elle a ensuite porté plainte.

L’enseignant balaye les accusations

Contacté par BFMTV, le directeur de Stanislas a reconnu avoir été en contact avec la plaignante dès 2022 : « Oui, j’ai reçu cette jeune fille qui m’a raconté les faits. Je l’ai poussée à porter plainte et, deux jours plus tard, j’ai signalé la situation au rectorat. »

Pourtant, le professeur n’a pas été suspendu. « Je ne suis pas l’autorité administrative de ce professeur. C’est le rectorat qui l’emploie. Je ne pouvais rien faire de plus », se défend-il. Il indique aussi avoir « une vigilance particulière » sur cette personne mais n’a constaté « aucun incident ».

Dans un communiqué, Frédéric Gautier ajoute que « les faits qui ont pu motiver la plainte à l’origine de cette suspension ne se sont pas déroulés au sein de l’établissement et relèvent de la vie privée du professeur ». Également contacté par BFMTV au sujet des accusations, l’enseignant affirme qu’il « vo(i)t pas de quoi il s’ag(i)t ».

Lire sur le HuffPost

À voir aussi sur Le HuffPost :

Grève du 1er février : ces enseignants nous disent ce qui symbolise pour eux l’effondrement de l’école publique

Amélie Oudéa-Castéra doit-elle démissionner ? On a posé la question dans la manifestation des professeurs

VIDÉO - "Je suis devenue le symbole d'une caste privilégiée", regrette Oudéa-Castera