"Ça rassure": App-Elles, l'application d'alerte pour protéger les victimes de violences conjugales

·2 min de lecture
La ville de Paris a lancé vendredi un dispositif de téléphones portables d'alerte pour les femmes victimes de violences conjugales et considérées en très grand danger. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender - -
La ville de Paris a lancé vendredi un dispositif de téléphones portables d'alerte pour les femmes victimes de violences conjugales et considérées en très grand danger. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender - -

"Face aux violences, tu n'es pas seule!" C'est le message qu'a voulu faire passer Diarata N'Diaye en lançant son application App'Elles, un dispositif pour protéger les femmes victimes de violences conjugales. Son fonctionnement est simple: après avoir installé l'app sur son téléphone, l'utilisateur doit se créer un "réseau de confiance" en enregistrant trois contacts à joindre automatiquement en cas d'urgence.

"Chaque déclenchement enverra automatiquement les alertes sur chaque mobile en simultané", explique le site d'App-Elles.

Il existe quatre modes de déclenchement: le bouton SOS de l'appli, en appuyant 4x de suite sur le bouton On/Off du téléphone (non disponible sur iPhone), en débranchant le fil d’un casque audio (non disponible sur iPhone) ou en appuyant sur le bouton du bracelet connecté qui peut être fourni avec l'application.

Géolocalisation

"Une fois l'alerte reçue, les contacts d'urgence appuient sur 'play' et peuvent entendre tout ce qui se passe. On a aussi la localisation précise de la femme. C'est un outil en plus pour nous et ça rassure les victimes", explique à BFMTV Léa Doucet, éducatrice au sein de l'association Une femme un toit.

"Ca sonne, l'alerte passe à mes éducatrices qui ensuite appellent la police", souffle cette femme victime de violences qui vivait, encore récemment, recluse, terrorisée à l'idée de croiser son bourreau dans la rue. Pour elle, l'application est une solution pour reprendre une vie sociale plus sereinement.

Enregistrement et élément de preuve

C'est là l'objectif de Diarata N'Diaye qui anticipe également la conservation des preuves dans l'hypothèse où la victime souhaiterait déposer plainte.

"L'ensemble de l'alerte est automatiquement enregistrée. Elle va donc pouvoir utiliser cet audio pour aller déposer plainte. On sait que la question des preuves est quelque chose de primordial", remarque-t-elle.

A ce jour, 60.000 femmes utilisent App-Elles, un dispositif soutenu pour la gouvernement qui souhaite lui donner davantage de visibilité. A ce titre, une campagne d'information et d'affichage débute ce vendredi pour toucher un maximum de victimes.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles