"Ça n'a servi à rien": la colère du père d'un militaire français mort en Afghanistan

Le père d'un soldat français mort en Afghanistan témoigne sur BFMTV - BFMTV
Le père d'un soldat français mort en Afghanistan témoigne sur BFMTV - BFMTV

Son fils Damien, militaire français, est mort dans une embuscade à Uzbin, en Afghanistan, le 18 août 2008. Treize ans plus tard, devant les images des talibans qui s'emparent à nouveau du pouvoir en Afghanistan, Jean-François Buil a le sentiment que les soldats français "sont morts pour rien". Il fait part de son témoignage à BFMTV.

"Je ne comprends pas du tout, je suis complètement écoeuré par ce qui se passe, quand je pense à tout ces soldats. Ce sont 3500 soldats de l'Otan et américains qui sont décédés là-bas, et à toutes ces familles endeuillées, je pense que ça n'a servi à rien" relate avec colère Jean-François Buil.

Ce retour des talibans, le père du soldat "s'y attendait un petit peu". Il se dit "lapidé" par les images qu'il voit et estime que cette situation n'est "malheureusement qu'un début".

"Ce que les soldats ont pu faire là-bas n'aura servi à rien"

"Ca va faire 13 ans que notre fils et ses camarades sont tombés lors d'une embuscade à Uzbin le 18 août 2008, c'est comme si c'était hier, et aujourd'hui, la veille du 18 août, les talibans reviennent. Donc tout ce que les soldats ont pu faire là-bas n'aura servi à rien. La preuve on repart à zéro et ça je ne peux pas le comprendre" déplore le père du militaire.

Il explique par ailleurs que son fils était en Afghanistan pour "former, selon ce qu'on leur avait dit au départ, une armée afghane". Une mission qui l'interroge car "aujourd'hui il n'y a plus d'armée, le président se sauve et il n'y a plus de militaires, on n'arrive plus à comprendre (...) c'est quelque chose qui me met hors de moi."

"Ils sont morts pour rien, la preuve, ceux qu'on a voulu chasser il y a 20 ans aujourd'hui ils reviennent et les portes sont grandes ouvertes (...) ils ont tout reconquis avec une facilité effroyable (...) c'est un échec total de nos politiques", martèle encore Jean-François Buil.

Lundi soir, lors d'une allocution télévisée, Emmanuel Macron s'est adressé directement "à ceux qui ont combattu, aux familles de ceux qui sont morts ou ont été grièvement blessés" en Afghanistan. Le chef de l'Etat a assuré que "nous n'oublierons pas nos soldats, nous n'oublierons pas nos morts, 90 au total", après avoir affirmé que dans ce pays "notre combat était juste et c'est l'honneur de la France de s'y être engagée."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles