“À table !” : la poudre de grillon débarque en Europe

Die Tageszeitung

“À table !” Sur sa une du 24 janvier 2023, Die Tageszeitung affiche l’image d’un nouveau venu sur les tables européennes : le grillon. “L’UE autorise la consommation de plus en plus d’insectes”, explique le titre de gauche. À la demande d’une entreprise (la société vietnamienne Cricket One), elle vient d’autoriser “l’intégration de farine dégraissée de grillon à des aliments”.

Le grillon domestique était déjà autorisé à la vente depuis 2022, congelé, séché ou en poudre. La nouveauté concerne la poudre de grillon domestique partiellement dégraissée qui, comme le précise la Commission, pourra être intégrée à une série de produits tels que petits pains, biscuits, sauces, confiseries ou boissons telles que la bière. Cette autorisation vaut pour une durée de cinq ans, et ne concerne que Cricket One, “à moins qu’un autre demandeur n’obtienne ultérieurement une autorisation”.

“Un secteur de niche”

Pour le journal allemand orienté à gauche, la mise sur le marché de farine de grillon est une bonne nouvelle. “La consommation d’insectes est très intéressante sur le plan nutritionnel, se réjouit une journaliste du titre, dans un éditorial. Ils ont un goût de noix, ils croquent sous la dent et sont bourrés de protéines, de vitamines, d’omégas 3 qu’on ne trouve habituellement presque que dans le poisson – c’est très sain.” Et ce type d’ingrédients représente une bonne source de protéines pour remplacer la viande rouge, très polluante, et la volaille, dans un contexte de lutte contre le changement climatique.

Mais en Allemagne la nouvelle a aussi provoqué des réactions de dégoût. Le ministre de l’Économie de Bavière, Hubert Aiwanger (du parti Freie Wähler, “Électeurs libres”, libéraux-conservateurs), notamment, a tweeté son indignation. “#RasLeBol d’entendre critiquer la consommation de viande de bœuf-porc-volaille et qu’on nous encourage à manger des insectes.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Résolument opposée à cette vision, la Tageszeitung entend rassurer l’homme politique : il y a très peu de chances que la farine de grillon, un produit plus coûteux que la farine de blé, soit utilisée au quotidien. Pour l’instant, la vente d’insectes comestibles est en effet “un secteur de niche” sur le Vieux Continent, où le ver de farine séché et le criquet migrateur sont également autorisés.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :