Publicité

À Strasbourg, une opération anti-drogues « place nette XXL » annoncée trop tôt ? Beauvau se défend

Gérald Darmanin photographié lors d’une opération « place nette XXL » à  Saint-Denis, samedi 30 mars.
JULIEN DE ROSA / AFP Gérald Darmanin photographié lors d’une opération « place nette XXL » à Saint-Denis, samedi 30 mars.

POLITIQUE - Et si les trafiquants de drogue n’avaient qu’à ouvrir le journal pour savoir exactement quand prendre la tangente ? C’est en tout cas l’interprétation de plusieurs élus de l’opposition, qui accusent ce mardi 2 avril Gérald Darmanin d’avoir communiqué trop rapidement une opération « place nette XXL » prévue à Strasbourg, permettant ainsi aux dealers de prendre la poudre d’escampette avant l’arrivée des forces de l’ordre.

« C’est très gentil de la part du ministère de l’intérieur d’informer un jour en avance les dealers des opérations “place nette”. Quel professionnalisme », ironise sur le réseau social X, la députée écolo du Bas-Rhin Sandra Regol, en publiant une capture d’un article du journal Dernières nouvelles d’Alsace annonçant que l’opération n’allait débuter que mercredi 3 avril (le titre de l’article a depuis été modifié, mais il demeure dans son URL).

« Bourde XXL »

« Darmanin révèle une opération surprise antidrogue “place nette XXL” à Strasbourg, or elle n’aura lieu que demain. La bourde XXL permet aux narcotrafiquants de faire place nette pour échapper à l’opération. On pourrait en rire si ça ne torpillait pas le travail des policiers », a renchéri le député LFI Emmanuel Fernandes, également élu dans le département.

« Pendant que l’Allemagne légalise le cannabis, Darmanin annonce aux trafiquants des opérations « place nette XXL » la veille pour le lendemain ! Qui mène la politique la plus efficace contre le trafic et pour la santé publique ? », interroge de son côté le député insoumis du Nord Adrien Quatennens.

Alors, le ministre de l’Intérieur a-t-il vraiment commis une bévue en annonçant trop tôt une initiative policière d’envergure ? Contacté par Le HuffPost, le cabinet du ministre dément, en affirmant que les opérations policières « ont commencé ce matin et dureront plusieurs semaines ». Par ailleurs, la presse locale évoque dorénavant une opération qui a bien débuté ce mardi 2 avril, dont France Bleu Alsace.

Un cafouillage qui ne devrait toutefois pas être de nature à calmer les procès en communication fait au ministre de l’Intérieur, accusé d’instrumentaliser la lutte contre le trafic de drogue pour des besoins d’image. Interrogé par l’AFP, le syndicat de la magistrature (classé à gauche) avait notamment qualifié ces actions « d’opérations pichenettes », exhortant « le gouvernement à sortir de cette escalade inutilement coûteuse ».

Ces opérations, qui « mobilisent, de façon ponctuelle, des moyens considérables de policiers sur la voie publique ne peuvent être suffisantes pour endiguer le narcotrafic », avait de son côté jugé l’Association française des magistrats instructeurs.

À voir également sur Le HuffPost :

« Cannabis » : ce documentaire de Mathieu Kassovitz prend le Canada comme exemple vertueux pour la légalisation

François Molins tacle le comportement d’Éric Dupond-Moretti après sa charge contre des magistrats à Marseille