Publicité

À quoi sert la violence des mouvements écologistes ? Le rituel de l’écodésordre, entre spectacle et espoir d'un nouveau monde

La question de la violence a récemment été mise en tension avec celle de l'écologie politique, à travers la dissolution – finalement annulée par le Conseil d'État – du collectif écologiste Les Soulèvements de la Terre. Argument invoqué : les affrontements avec les forces de l'ordre lors des manifestations, mais surtout la violence contre les biens, en particulier ce printemps à Sainte-Soline. Un cap supplémentaire a été franchi » dans la violence, tant lors des manifestations contre la réforme des retraites que lors du rassemblement contre les mégabassines à Sainte-Soline, estimait le rapport de la commission d'enquête sur les « groupuscules violents » rendu public ce 14 novembre.