À Rome, les studios de cinéma Cinecittà détruits en partie par le feu

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

CINÉMA - Un incendie s’est déclaré ce lundi 1er août dans les mythiques studios de Cinecittà à Rome, faisant craindre le pire en cette période de sécheresse historique, pour un bilan matériel finalement léger.

Le feu, qui dégageait d’épaisses fumées noires visibles à plusieurs kilomètres, a commencé dans l’après-midi sur un plateau en papier mâché reconstituant la Florence de la Renaissance, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Pas de blessés à déplorer

« L’incendie a été éteint. Il n’y a ni blessés, ni intoxiqués, ni dégâts matériels graves », a annoncé un porte-parole des studios, Marlon Pellegrini, dans un communiqué. Entièrement détruit, le plateau était en cours de démontage, ont expliqué les pompiers sur Twitter.

En 2007, un spectaculaire incendie avait ravagé un entrepôt abritant des décors de la superproduction télévisée anglo-américaine « Rome » relatant la naissance de l’empire romain.

De nombreux chefs-d’œuvre classiques ont été tournés dans la « ville du cinéma » comme Ben Hur (1959) de William Wyler et la Dolce Vita (1960) de Federico Fellini. Dans les années 1970, le boom des productions télévisées et la crise des productions cinématographiques avaient mis un terme à l’âge d’or de Cinecittà, qui connaîtra ensuite une longue traversée du désert.

Privatisés, puis repassés sous contrôle public en 2017, les studios ont de nouveau accueilli des productions étrangères dès le début des années 2000, sans cependant jamais retrouver leur lustre originel.

Des blockbusters y sont parfois tournés, comme Gangs of New York de Martin Scorsese (2002), Anges et Démons de Ron Howard (2009) ou 6 Underground de Michael Bay (2019), mais ils sont rares.

260 millions d’euros pour redynamiser les studios

Les studios ont dévoilé l’an dernier un plan de développement de 260 millions d’euros avec l’ambition de devenir d’ici à 2026 « un important pôle cinématographique européen », en pariant sur les séries et les programmes TV.

Ce plan prévoit notamment le doublement de la surface des studios, la création et la rénovation de plateaux, la construction d’une piscine intérieure et d’un théâtre avec un écran vert à 360°.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles