Publicité

À la recherche des cadeaux “perdus” du président Trump

“Les officiers fédéraux n’arrivent pas à mettre la main” sur plusieurs cadeaux reçus par le président Donald Trump et sa famille, parmi lesquels “un portrait grandeur nature offert par le président du Salvador et des clubs de golf du Premier ministre japonais” d’une valeur de 7 000 dollars, rapporte The Washington Post.

Ces deux lots font partie de la centaine de cadeaux offerts par des dignitaires étrangers, que Trump et sa famille n’ont pas déclarés au département d’État “en violation de la loi fédérale”, précise le quotidien de la capitale, qui a consulté le rapport de l’enquête parlementaire.

La plupart des cadeaux non déclarés à l’époque ont rejoint depuis les Archives nationales ou les services du gouvernement fédéral, précise le quotidien, mais “sans que l’on sache vraiment s’ils ont été rendus” avant ou après que Trump ne quitte la Maison-Blanche.

En vertu d’une interprétation totalement fantaisiste de la loi américaine, “Trump a répété à l’envi à ses conseillers que les cadeaux qu’il recevait durant sa présidence étaient à lui, et n’appartenaient pas au gouvernement fédéral”, remarque The Washington Post.

La réalité est fort différente : un responsable officiel ne peut conserver à titre personnel les cadeaux de dignitaires étrangers d’une valeur de plus de 415 dollars, à moins d’en payer la valeur estimée au gouvernement fédéral.

Le rapport dévoile en outre des messages électroniques entre les équipes des Trump et les services fédéraux chargés de la gestion et de l’enregistrement des cadeaux, témoignant d’un flou certain dans la déclaration et l’utilisation des cadeaux, qu’il s’agisse de largesses du royaume saoudien un d’un ordinateur portable offert par Tim Cook, le patron d’Apple. Donald Trump n’a ainsi déclaré aucun cadeau pour la dernière année de son mandat.

L’histoire fait écho au scandale qui a éclaboussé ces derniers jours l’ex-président brésilien Jair Bolsonaro, sommé par la Cour des comptes de rendre des bijoux offerts par l’Arabie saoudite, qui n’avaient pas été déclarés.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :