Publicité

À la Réunion, la menace du cyclone Belal s’éloigne lentement

Bien que les dégâts soient moins lourds que prévu, la journée de mardi s’annonce cruciale pour l’évaluation des destructions à la Réunion.
RICHARD BOUHET / AFP Bien que les dégâts soient moins lourds que prévu, la journée de mardi s’annonce cruciale pour l’évaluation des destructions à la Réunion.

MÉTÉO - Le plus gros semble maintenant derrière l’île, mais les risques ne sont pas encore totalement écartés. La vigilance reste de mise sur l’île de la Réunion ce lundi 15 janvier, au moment où le cyclone Belal s’éloigne progressivement, tout en se dirigeant dangereusement vers l’île Maurice.

Après La Réunion, c’est l’île Maurice qui est menacée et inondée par le cyclone Belal

Ce lundi soir, les autorités maintiennent donc l’alerte rouge à la Réunion pour permettre une sortie de confinement en toute sécurité dans les prochaines heures, comme l’indique la préfecture de l’île. « L’heure de la levée de l’alerte rouge et le passage en phase de sauvegarde (reprise de la vie normale sous conditions) seront annoncés en milieu de matinée de demain (mardi) lorsque la sécurisation des routes sera assurée », indique le préfet Jérôme Filippini.

Il faut dire que le cyclone continue d’avoir de l’impact, avec des rafales de vent encore violentes, comprises entre 100 à 120 km/h sur le littoral et 130 à 140 km/h sur les hauteurs. « Le centre du cyclone Belal est situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est » de l’île, qui reste donc « sous l’influence des bandes périphériques ce soir et la nuit prochaine », ajoute la préfecture de la Réunion.

« Il faut surtout faire attention aux inondations dans cette phase terminale du cyclone », averti également Davide Faranda, directeur de recherche en climatologie au CNRS, joint par BFMTV.

Darmanin attendu sur l’île

Face à cette situation, Gérald Darmanin partira dès mardi soir pour une visite d’une journée sur l’île de la Réunion mercredi, comme annoncé ce lundi soir par le ministère de l’Intérieur.

En attendant sa venue, l’heure est au soulagement malgré la découverte d’un corps sans vie ce lundi à Saint-Gilles, dans l’ouest de l’île. Le cyclone Belal n’a « heureusement pas provoqué le cataclysme qu’on redoutait », a expliqué lors d’une visionconférence le préfet, tout en assurant que « son impact a été impressionnant ».

« Il restera dans l’histoire des cyclones et ses effets n’ont pas tout à fait pris fin », a-t-il expliqué, évoquant un « bilan évolutif » car les dégâts de nombreuses zones n’ont pas encore pu être évalués. 150 000 foyers étaient encore privés d’électricité et plus de 130 000 personnes n’avaient pas d’accès à l’eau courante dans la soirée.

La journée de mardi s’annonce déjà cruciale, car comme l’a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, « près de 130 pompiers, 10 gendarmes et 15 agents EDF et ENEDIS arriveront en renfort de l’Hexagone et de Mayotte » pour venir prêter main-forte et notamment permettre le nettoyage des routes.

Le président Emmanuel Macron a d’ailleurs tenu à adresser un message « aux forces engagées à La Réunion pour porter secours à nos compatriotes sinistrés », assurant au passage aux habitants et aux élus la « pleine mobilisation » de l’État.

Le chef de l’État n’a pas oublié d’avoir un mot pour les Mauriciens, « eux aussi frappés par le cyclone ».

L’île Maurice prise par surprise

Si les nuages s’éloignent progressivement de la Réunion, ce n’est pas le cas pour l’île Maurice, où les fortes pluies qui se sont abattues lundi matin ont surpris les habitants et provoqués de premiers dégâts importants sur l’île habitée par 1,3 million de personnes.

Dans la capitale Port-Louis, des voitures ont été bloquées, avec de l’eau jusqu’au capot, parfois même emportées par le courant, selon des images diffusées par des médias locaux. D’autres images montraient de puissantes vagues submergeant le front de mer de la capitale, ainsi que des bâtiments inondés avec des meubles flottant dans l’eau.

Le niveau d’alerte sur l’île a été relevé lundi à trois (sur quatre possibles). D’ailleurs, ce sont « des pluies torrentielles » et des rafales de vent pouvant atteindre 110 km/h qui sont maintenant attendues dans les prochaines heures, ont indiqué les services météorologiques.

À voir également sur Le HuffPost :

À La Réunion avec l’arrivée du cyclone Belal, d’étranges nuages en forme de soucoupes apparaissent dans le ciel

Neige, froid, verglas… La météo en France cette semaine n’offre pas de répit