Publicité

À Paris, 39 membres de la mouvance d’ultradroite interpellés pour risque de violences ou dégradations

Parmi eux figurent des personnalités connues de la mouvance, dont l’ancien chef du groupuscule les « Zouaves », Marc de Cacqueray-Valmenier.

ULTRADROITE - Un total de 39 membres de la mouvance d’ultradroite, dont une vingtaine de fichés S, ont été interpellés ce samedi 10 février dans l’après-midi à Paris pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations », a appris l’AFP de source proche du dossier.

Ils ont été interpellés par des policiers de la Brav-M vers 16h00 à la sortie du cimetière de Charonne, dans le 20e arrondissement de la capitale, où ils venaient de rendre hommage à l’écrivain d’extrême droite Robert Brasillach, condamné à mort à la Libération pour des faits de collaboration, a précisé cette source.

Parmi eux figurent des personnalités connues de la mouvance d’ultradroite, dont l’ancien chef du groupuscule dissout les « Zouaves », Marc de Cacqueray-Valmenier, ou Gabriel Loustau, figure du Gud.

Interdiction de se rendre à Paris

Au moins deux d’entre eux étaient munis de béquilles, pouvant être considérées comme des armes par destination, a précisé cette source.

Certains avaient pour interdiction de se rendre à Paris, a encore dit la source.

Avant d’être interpellés, ils avaient aussi été vus à proximité de la manifestation syndicale contre l’extrême droite place de la République, a-t-elle encore précisé.

À voir également sur Le HuffPost :

L’association d’ultradroite lilloise La Citadelle va être dissoute, annonce Gérald Darmanin

Blocages des agriculteurs : l’extrême droite capitalise sur la colère agricole partout en Europe

VIDÉO - Ultradroite/Crépol, comparutions immédiates