Crise. En pénurie d’oxygène, l’Inde panique

Hindustan Times (New Delhi)
·2 min de lecture

Le deuxième pays le plus peuplé de la planète est, de loin, celui qui détecte le plus de cas de Covid-19 actuellement. Delhi, sa capitale, lance des appels au secours, ses hôpitaux ayant perdu tout contrôle de l’épidémie.

L’Inde se bat “contre la crise sanitaire la plus dévastatrice qu’elle ait jamais connue”. C’est sur un ton exceptionnellement alarmiste que l’Hindustan Times a commenté, jeudi 22 avril, les dernières nouvelles sur le front de l’épidémie de Covid-19. La veille, le géant d’Asie avait enregistré “315 909 nouveaux cas et 2 102 décès”, confirmant ainsi détenir désormais “le record du monde de nouveaux cas” détectés par des tests PCR en une seule journée. Les chiffres sont pires qu’aux États-Unis, au plus haut de la deuxième vague. Le quotidien titre : “La pire flambée du monde.”

“Des défaillances systémiques apparaissent partout” et la seule lueur d’espoir c’est “que la société civile vienne en aide aux citoyens”. Le journal dit faire référence aux organisations professionnelles de toutes sortes et au milieu associatif, mais aussi à “un ensemble disparate de citoyens qui jouent aujourd’hui un rôle tout aussi essentiel” dans la crise.

À lire aussi: Vidéo. En Inde, le manque d’oxygène ouvre la voie à la panique

Comme au printemps 2020 – lorsqu’il avait fallu secourir des centaines de milliers de travailleurs migrants affamés dans tout le pays –, beaucoup de gens ordinaires “s’acquittent d’une grande partie du travail”, qu’il s’agisse de “partager des informations sur les lits d’hôpitaux, les médicaments et l’oxygène disponibles” ou de “faire circuler les besoins des patients et de leurs familles sur les réseaux sociaux”.

Les bouteilles d’oxygène transportées par avion

Ces informations sont déterminantes mais il est “tout aussi important”, pour

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :