Publicité

À l'Assemblée, Élisabeth Borne et sa vapoteuse rappelées à l'ordre par une députée

Ce n'est pas la première fois que la Première ministre est interpellée pour son usage de la cigarette électronique. Vapoter est pourtant interdit dans l'Hémicycle.

Élisabeth Borne utilise régulièrement sa cigarette électronique alors qu'elle se trouve dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, comme ici le 28 novembre dernier. - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP

Un nouveau rappel à l'ordre pour la Première ministre. En plein débat sur une nouvelle motion de censure (finalement rejetée) de la France insoumise, Élisabeth Borne s'est fait remarquer pour un acte extra-politique, rapporte Le Parisien. En effet, elle a été sermonnée par la députée LFI de Meurthe-et-Moselle Caroline Fiat pour son usage de la cigarette électronique au milieu de l'Hémicycle. « Vapoter dans cette enceinte pendant que je suis en train de vous parler, c'est un mépris total », a jugé la parlementaire à l'adresse de la cheffe du gouvernement. Depuis 2021, Élisabeth Borne a déjà été interpellée à plusieurs reprises par des députés d'opposition pour son vapotage en plein débat.

Caroline Fiat n'a, en effet, pas hésité à convoquer l'actualité récente pour s'en prendre à la cheffe du gouvernement. « Madame la Première ministre, sincèrement. Alors que le ministre de la Santé a annoncé pour des raisons de santé publique, qu'il ne fallait plus fumer sur les plages, aux abords des bâtiments publics », a-t-elle martelé. Le 28 novembre dernier, Aurélien Rousseau a en effet annoncé un nouveau plan de lutte contre le tabac. Il a ainsi confirmé de nouvelles hausses pour les paquets de cigarettes. Ils atteindront 12 euros minimum en 2025 et au moins 13 euros en 2026, a-t-il indiqué. Il s'agit de « la mesure la plus efficace contre le tabac selon l'OMS et toutes les études indépendantes sur le sujet », avait assuré le ministre.

Obligée de m’interrompre dans m [...] Lire la suite

VIDÉO - Pr David Khayat (oncologue ) : "Plus de 65% d’entre eux continuent de fumer jusqu’à leur mort"