Publicité

À l’Open d’Australie, Caroline Garcia craque en conférence de presse après son élimination

Caroline Garcia, ici écrasant sa raquette lors de son match contre la Polonaise Magdalena Frech lors de la quatrième journée de l’Open de tennis d’Australie à Melbourne, le 17 janvier 2024.
MARTIN KEEP / AFP Caroline Garcia, ici écrasant sa raquette lors de son match contre la Polonaise Magdalena Frech lors de la quatrième journée de l’Open de tennis d’Australie à Melbourne, le 17 janvier 2024.

TENNIS - « Je n’arrivais même plus à respirer ». Deux jours après sa victoire convaincante face à Naomi Osaka, Caroline Garcia a été rattrapée une fois de plus par ses démons à l’Open d’Australie. Au deuxième tour ce mercredi 17 janvier, elle a été éliminée contre la Polonaise Magdalena Frech, 69e joueuse mondiale.

À l’Open d’Australie, Richard Gasquet sort un revers magique face à Carlos Alcaraz

Au bout de deux heures d’une tension extrême, palpable dans son regard, la N.1 française et 19e mondiale s’est inclinée 6-4, 7-6 (7 /2).

« Ce n’est qu’un deuxième tour de l’Open d’Australie, je joue une fille moins bien classée que moi, pourquoi je me mets dans des états pareils ? Je n’en sais rien en fait », s’est interrogée Caroline Garcia, larmes aux yeux et voix tremblante en conférence de presse d’après-match (voir la vidéo plus bas).

« Depuis une certaine période, c’est comme ça et je n’arrive pas à passer au-dessus de ça », malgré le travail d’accompagnement psychologique qu’elle mène, a poursuivi la Lyonnaise de trente ans. « Et ça me bouffe. Parfois, je me dis : “Mais pourquoi je fais ça ?” »

« Comment je peux trouver la solution si je n’arrive même pas à respirer »

Cette élimination précoce est une désillusion de plus en Grand Chelem pour Garcia. De retour dans le top 5 mondial fin 2022, après sa renaissance lors d’une deuxième partie de saison marquée par une demi-finale à l’US Open et un sacre au Masters, elle n’a pas confirmé depuis les espoirs qu’elle avait de nouveau suscités.

Au cours de son match contre Frech - au cours duquel elle a mené 4-1 dans le premier set et compté deux fois un break d’avance dans le second - « je n’arrivais même plus à respirer », a lâché Garcia. « Comment je peux trouver la solution si je n’arrive même pas à respirer, le truc le plus simple au monde », s’est-elle questionnée.

Même après son succès contre Osaka lundi soir, Garcia avait traversé un avant-match douloureux. « Ça m’a submergée, j’avais peur d’entrer sur le court, avait-elle confié. J’ai beaucoup pleuré. »

« Est-ce que ça peut paraître excessif les moments par lesquels je passe sur le terrain ? J’imagine un peu, de l’extérieur », a-t-elle convenu. Mais « si on arrivait à comprendre les émotions et à les gérer du jour au lendemain, personne ne serait stressé sur Terre… »

« Les pauses (dans le calendrier) sont assez courtes (en tennis). Tu sais pourquoi tu signes. Et mon rêve de gagner un Grand Chelem, il est toujours là », a encore soupesé Garcia, en reconnaissant « penser parfois » à l’idée de s’accorder un break.

À voir également sur Le HuffPost :

Le XV de France sans Antoine Dupont mais avec Emmanuel Meafou pour le tournoi des VI Nations

Jeux olympiques de Paris 2024 : les tenues des athlètes français Le Coq Sportif dévoilées