Publicité

À l’Open d’Australie, ce point hallucinant remporté par Tsitsipás était bel et bien valable

Le joueur de tennis Stéfanos Tsitsipas s’est imposé face à Zizou Bergs en marquant un point inhabituel lors de l’Open d’Australie.
DAVID GRAY / AFP Le joueur de tennis Stéfanos Tsitsipas s’est imposé face à Zizou Bergs en marquant un point inhabituel lors de l’Open d’Australie.

TENNIS - Une scène mémorable. Stéfanos Tsitsipas, finaliste sortant de l’Open d’Australie, a connu un départ difficile lors de son début de compétition à Melbourne. Toutefois, le tennisman de 25 ans s’est illustré en remportant un point remarquable lors du match l’opposant au Belge, Zizou Bergs ce lundi 15 janvier.

En effet, après avoir perdu le premier set, le numéro 7 mondial s’est illustré avec un point presque impossible, lui permettant ainsi de transformer une balle de break. Tsitsipás a ensuite réussi à renverser la situation en remportant deux sets consécutifs, s’offrant ainsi la victoire en quatre manches (5-7, 6-1, 6-1, 6-3).

Un point inhabituel mais autorisé par le règlement

En frappant la balle du côté adverse, Stéfanos Tsitsipás a marqué un point peu commun qui est toutefois parfaitement valable selon le règlement. En effet, la règle 24 du tennis interdit aux joueurs de « toucher le filet, les piquets de simple/poteaux, la corde ou le câble métallique, la sangle ou la bande ou le court de son adversaire à tout moment de l’échange ». De plus, il est également interdit de « frapper la balle avant qu’elle ne passe le filet ».

En arrêtant sa course avant de frapper la balle qui avait rebondi de son côté du terrain sans reprendre la volée, Stéfanos Tsitsipás a donc respecté la règle. L’arbitre a ainsi validé ce point, le règlement étant en la faveur du joueur de tennis grec.

Au tour suivant, Stéfanos Tsitsipás affrontera l’Australien Jordan Thompson (47e mondial), qui a créé la surprise en battant Rafael Nadal en quart de finale à Brisbane.

À voir également sur Le HuffPost :

Jeux paralympiques de Paris 2024 : Yannick Noah capitaine de l’équipe de France masculine de tennis fauteuil

Valérie Pécresse et le gouvernement remontés après les propos d’Anne Hidalgo sur les JO de Paris