Publicité

À l’Assemblée, LR échoue à dénoncer l’accord de 1968 avec l’Algérie au terme d’un débat houleux

POLITIQUE - « Descendants de l’OAS » vs « amis du FLN et du Hamas ». C’est en ces termes que s’est déroulé le débat à l’Assemblée nationale ce jeudi 7 décembre mené par les LR au cours de leur niche parlementaire, qui leur permet, comme à chaque groupe, d’imposer l’ordre du jour.

Parmi les propositions de loi débattues, la dénonciation de l’accord d’Algérie, datant de 1968 qui facilite l’arrivée sur le sol français des ressortissants algériens. Une position, défendue par Édouard Philippe en juin dernier dans les colonnes de L’Express et par son groupe à l’Assemblée, Horizons, qui a voté pour le texte LR. De quoi semer le trouble au sein de la majorité à laquelle le groupe appartient qui s’est, elle, opposée au texte.

« Vous êtes les amis du Hamas ! »

« Il est impensable de voter un texte défendu par une descendante de l’OAS et applaudi par les héritiers des tortionnaires de l’Algérie », a déclaré la députée écologiste Sabrina Sebaihi comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. Elle visait la députée LR Michèle Tabarot et fille de Robert Tabarot, l’un des chefs de l’OAS à Oran, et le RN qui soutenait la proposition de loi. Une critique qui lui a valu une réponse cinglante de l’intéressée.

« Le règlement interdit toute mise en cause personnelle, comme vous l’avez fait. Je vous rappelle que je suis fière de mon histoire familiale, je n’ai pas de leçons à recevoir de vous, vous étiez les amis du FLN et vous êtes les amis du Hamas », a rétorqué Michèle Tabarot dans une ambiance agitée.

Le gouvernement s’opposait à la dénonciation de l’accord d’Algérie proposée par LR, au motif qu’elle ne changerait rien à la lutte contre l’immigration illégale, quelques jours avant le projet de loi sur le sujet attendu lundi dans l’hémicycle. La proposition de loi a été rejetée en conséquence par 151 votes contre et 114 pour.

À voir également sur Le HuffPost :

Pourquoi ces politiques parlent « d’ultra-droite » et pas d’extrême droite

François Fillon et ses « rillettes sur la place Rouge » méritaient bien ce prix de l’humour en politique