Publicité

À Kyoto, les touristes bientôt bannis du quartier des geishas

Dans n’importe quel guide touristique sur le Japon, on conseillera aux visiteurs de se rendre à Kyoto, ancienne capitale impériale, pour voir des geishas, et plus spécifiquement dans le quartier de Gion. La recommandation s’est largement répandue, et peut-être un peu trop, si l’on observe les dernières mesures prises par les administrateurs de cette ville.

En effet, comme l’explique le South China Morning Post, la commune de Kyoto s’apprête à “bannir l’accès aux ruelles étroites du quartier de Gion aux touristes”, là où “les geishas, symbole emblématique de la ville, se promènent allégrement entre deux rendez-vous avec les clients”.

Souvent fantasmée et mal comprise en Occident, la figure de la geisha peut être définie comme une femme qui consacre sa vie à la pratique des arts traditionnels japonais, afin de divertir une clientèle aisée. Elles sont en quelque sorte les gardiennes des traditions de la nation.

“Touristes incontrôlables”

Cette décision s’explique par “une recrudescence d’épisodes où ces artistes ont été accostées par des touristes incontrôlables”, détaille le quotidien de Hong Kong, qui relaye des témoignages évoquant même des personnes jetant de la cendre de cigarette dans la nuque des geishas ou volant les ornements de leurs coiffures.

Cette curieuse information, évoquant les dérives du tourisme de masse, n’a pas tardé à attirer l’attention des médias européens, à l’image du quotidien britannique The Independent, qui rappelle que ce problème ne date pas d’hier :

“En 2019, les autorités locales avaient déjà mis en place une amende pour les touristes qui importunaient les geishas, qui étaient photographiées sans leur consentement et même soumises à des visiteurs étrangers qui touchaient leur kimono et leurs perruques élaborées.”

Malheureusement, ces sanctions se sont avérées inapplicables, tout comme les panneaux prévenant les touristes du bon comportement à adopter, qui ont été tout simplement ignorés.

Ainsi, une solution radicale a été adoptée : à partir du mois d’avril, l’accès à certaines ruelles du quartier de Gion sera réservé aux seuls résidents et clients des geishas, tandis que la route principale traversant le district restera ouverte à tous, habitants de Kyoto et touristes. Disciplinés comme indisciplinés.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :