Publicité

À Kiev, Ursula von der Leyen affiche son soutien à l’Ukraine

Alors qu’il accueillait, jeudi 2 février, à Kiev la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, flanquée d’un groupe de commissaires européens, le président Volodymyr Zelensky “avait une demande de taille pour ses invités : prendre au sérieux le souhait de l’Ukraine d’entrer dans l’Union européenne (UE)”, résume Politico Europe.

“Bien qu’il s’agisse de la quatrième visite de Mme von der Leyen en Ukraine depuis l’invasion russe il y a près d’un an, c’est la première fois qu’elle est accompagnée d’un groupe de commissaires européens, les fonctionnaires chargés de superviser les principales initiatives de l’Union”, souligne le média.

Les deux responsables ont présenté un front uni, se tenant côte à côte devant une rangée de drapeaux ukrainiens et européens. “Le message clair de cette réunion est que nous soutenons l’Ukraine plus fermement que jamais”, a déclaré Mme von der Leyen, disant travailler à des sanctions supplémentaires contre la Russie pour le 24 février, date anniversaire de l’incursion russe.

Mais, relève Politico, tout au long de la journée, “les fonctionnaires de l’UE ont refusé de s’engager sur un calendrier”.

Sommet “historique”

La rencontre avait lieu à la veille d’un sommet que le Kyiv Independent qualifie d’“historique” – c’est la première fois qu’un événement européen de ce type se déroule dans une zone de guerre active – où “tous les espoirs de (Kiev) d’adhérer rapidement à l’UE devraient être anéantis”.

En juin, les États membres de l’UE ont accepté d’accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion à l’UE, “ce qui constitue un record en soi, car l’UE s’est démenée pour répondre à la demande de Kiev, déposée quelques jours seulement” après le début du conflit, rappelle Politico. Toutefois, le processus “prend généralement des années”“certains des autres voisins de l’UE attendent” depuis ce laps de temps. Et les Vingt-Sept doivent veiller à ce que l’élargissement “continue de respecter les freins et contrepoids appropriés”.

Poutine fait le parallèle avec la Seconde Guerre mondiale

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :