Publicité

À Davos, ces 250 millionnaires et milliardaires réclament un impôt sur les ultra-riches aux dirigeants mondiaux

Cette lettre est un appel à l’élite politique mondiale pour dénoncer les inégalités qui ont atteint « un point de bascule », selon ces personnalités fortunées.

Appel à la prise de conscience. Comme depuis plusieurs années lors du Forum économique de Davos, des centaines de milliardaires et millionnaires ont plaidé ce mercredi 17 janvier auprès de l’élite politique mondiale pour l’instauration d’un impôt sur les plus fortunés afin d’améliorer la qualité des services publics dans le monde.

Face au Forum de Davos, Oxfam milite pour « l’abolition » des milliardaires

« Notre requête est simple : nous vous demandons de nous taxer, nous, les plus riches de la société », écrivent dans une lettre destinée aux dirigeants mondiaux. Les 250 signataires, parmi lesquels Abigail Disney, héritière de Disney ; Brian Cox, acteur dans la série Succession ; ou encore Valerie Rockefeller, éminente héritière américaine d’un magnat du pétrole, viennent de 17 pays à travers le monde.

Payer plus d’impôts « ne modifiera pas fondamentalement notre niveau de vie, ne privera pas nos enfants et ne nuira pas à la croissance économique de nos nations », poursuivent encore ces millionnaires et milliardaires dans cette missive intitulée « Fiers de payer ».

Diviser par deux le nombre de milliardaires, selon Oxfam

« Nous sommes aussi ceux qui profitent le plus du statu quo », admettent-ils, avant de poursuivre : « Mais l’inégalité a atteint un point de bascule et son coût pour notre stabilité économique, sociétale et écologique est grave - et s’accroît chaque jour. En bref, nous devons agir maintenant ».

Cette lettre devient une tradition à Davos. Déjà en 2023, 200 millionnaires, dont deux Français, avaient réclamé que les ultra-riches soient davantage taxés. Et en 2022, ils étaient une centaine à le demander.

À l’occasion de Davos, l’ONG Oxfam a une nouvelle fois condamné des « inégalités obscènes » dans le monde. Elle milite notamment pour une division par deux du nombre de milliardaires d’ici 2030 grâce à la taxation. À plus long terme, ce mouvement citoyen plaide pour leur « abolition » totale. Depuis le début de la pandémie en 2020, selon Oxfam, les 1 % les plus riches ont capté 63 % des richesses produites, près de deux fois plus que le reste de la population mondiale.

À voir également sur Le HuffPost :

Amélie Oudéa-Castéra à l’Éducation nationale : « Un gouvernement par les riches et pour les riches », selon Christian Laval

Sur l’hôpital, Gabriel Attal se met les syndicats à dos après une annonce trompeuse

VIDÉO - Forum économique mondial : à Davos, Oxfam pointe les inégalités