À Copenhague, le Geranium sacré meilleur restaurant au monde 2022

Le restaurant danois
Le restaurant danois

Le restaurant danois "Geranium" sacré meilleur établissement au monde

GASTRONOMIE - Pas de restaurant français sur le podium. C’est l’établissement danois “Geranium”, mené par le chef Rasmus Kofoed à Copenhague, qui a été sacré lundi 8 juillet à Londres “meilleur restaurant au monde 2022″, lors du 20e anniversaire de l’influent classement “50 Best Restaurants”.

Situé au 8e étage du Fælledparken, dans le centre de Copenhague, la carte de “Geranium” se donne pour mission d’explorer “la tension entre l’urbain et le naturel”. Son chef Rasmus Kofoed, 48 ans, a remporté le Bocuse d’or en 2011, et l’établissement est le premier au Danemark à avoir reçu trois étoiles au guide Michelin en 2016.

Le menu “Summer Universe”, pour lequel il faut compter minimum 3 heures, est au prix de 3200 couronnes danoises, soit environ 430€. Parmi les plats d’été figurent notamment du maquereau à l’huile, du concombre farci aux huîtres, une infusion d’asperges blanches grillées, de la betterave jaune à l’argousier, des œufs de lompe fumés...

Le meilleur chef du monde est une cheffe

Le restaurant péruvien “Central”, à Lima, arrive deuxième de ce classement des 50 meilleurs restaurants au monde établi par le magazine britannique spécialisé Restaurant, le plus convoité de la gastronomie mondiale.

Suivent deux tables espagnoles, l’établissement de Barcelone “Disfrutar” (3e) et le madrilène “Diverxo” (4e). C’est la deuxième année consécutive qu’un restaurant danois est couronné, “Geranium”, deuxième du “50 Best” l’année dernière, succédant au “Noma”.

La Colombienne Leonor Espinosa a par ailleurs reçu le prix de la “meilleure femme cheffe du monde”, succédant à la Péruvienne Pía León. Son restaurant Leo, à Bogota, se classe 48e.

Comme l’année dernière, seuls trois restaurants français, tous parisiens, ont été distingués dans le top 50: “Septime”, de Bertrand Grébaud, qui gagne deux places pour s’installer au 22e rang, “Le Clarence” de Christophe Pelé, nouvel entrant (28e), et “Arpège” d’Alain Passard, relégué à la 31e position (-8 places).

Situé à la 41e place en 2021, “Alléno Paris au Pavillon Ledoyen”, de Yannick Alléno, est descendu à la 58e place. La deuxième partie du top 100, dévoilée en amont début juillet, a honoré au total cinq tables tricolores, dont la marseillaise AM d’Alexandre Mazzia, lui gratifié du prix de “chef à suivre”.

Aucune table russe au palmarès

“50 Best” est décerné depuis 2002 par 1080 “experts indépendants” (chefs, journalistes spécialisés, propriétaires de restaurants...) qui notent leurs expériences des 18 derniers mois sous l’égide du magazine “Restaurant” du groupe de presse britannique William Reed.

Répartis dans 27 régions du monde, à raison de 40 électeurs chacune, ils peuvent voter pour 10 restaurants, dont au moins trois hors de leur région. La cérémonie, initialement prévue à Moscou, a été relocalisée à Londres dans le sillage de l’invasion russe de l’Ukraine en février.

Aucune table russe ne figurait d’ailleurs au palmarès, conformément à ce qu’avaient annoncé les organisateurs en mars.

La légitimité de ce classement, parrainé par plusieurs marques, est régulièrement contestée, notamment par des chefs français qui l’accusent de complaisance et d’opacité. En réaction, ses détracteurs, français, mais aussi japonais et américains, ont lancé en 2015 “La liste”, classement de 1.000 tables à travers le monde.

À voir également sur Le HuffPostEn pleine canicule, la salade “cowboy caviar”, recette traditionnelle texane, saura vous rafraîchir

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles