Publicité

À Berlin, pour faire barrage à l’extrême droite allemande des milliers de manifestants se donnent la main

ALLEMAGNE - Une initiative aussi symbolique que politique. Devant le Parlement allemand, ce samedi 3 février, près de 150 000 personnes ont manifesté contre l’extrême droite, selon les chiffres communiqués par la police de Berlin, alors que des rassemblements similaires se déroulaient dans tout le pays.

Blocages des agriculteurs : l’extrême droite capitalise sur la colère agricole partout en Europe

Devant le palais du Reichstag, les manifestants ont d’ailleurs réalisé un geste symbolique pour dire non au fascisme en Allemagne : ils se sont donné la main pour former une immense chaîne humaine, tout en scandant des slogans antifascistes, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Noire de monde en milieu de journée, la place devant le Parlement allemand aurait même réuni 300 000 personnes à en croire les chiffres fournis par les organisateurs. L’affluence était telle que de nombreuses personnes n’ont pas pu y accéder et ont été redirigées sur les rives de la Spree et du côté du parc du Tiergarten, selon des journalistes de l’AFP présents sur place.

« Liberté Égalité Fuck AfD »

« Tous ensemble contre le fascisme ! », « Du cœur au lieu de la haine », « Le racisme n’est pas une alternative », « Liberté Égalité Fuck AfD », ont notamment scandé les manifestants pacifistes en référence au parti anti-migrants et anti-système Alternative pour l’Allemagne.

Le rassemblement avait été organisé par le mouvement « Hand in Hand » (main dans la main en français), un collectif qui réunit près de 1 800 organisations, dont l’organisation Friday for Future et l’alliance citoyenne Campact.

Le rassemblement, organisé par le mouvement « Hand in Hand », était bien plus fourni que prévu, mais il s’est finalement dispersé en fin d’après-midi dans le calme.

Pour autant, l’inquiétude autour de l’extrême droite témoigne du choc de la population allemande depuis les révélations début janvier du média d’investigation allemand Correctiv concernant une réunion d’extrémistes à Potsdam. En novembre, un projet d’expulsion massive de personnes étrangères ou d’origine étrangère y a été discuté, provoquant cette réaction massive qui se matérialise par des manifestations d’envergure dans toute l’Allemagne.

L’AfD dans le viseur

Il faut dire qu’avec le ralentissement économique et l’inflation, l’AfD ne cesse de progresser dans les sondages, à quelques mois de trois importantes élections régionales dans l’Est du pays.

« Je ne sais pas si ces manifestations auront un effet sur les électeurs de l’AfD, mais il est important de donner un signal, car l’humanité disparaît dans les relations entre les gens et nous avons besoin de plus d’humanité et de respect pour nos différences », a déclaré à l’AFP Margret Hurth, une éducatrice de 53 ans habitant à la capitale allemande.

À Potsdam, capitale du Land du Brandebourg voisin, une autre chaîne humaine s’était formée autour du bâtiment du Landtag, selon un média local. « Que ce soit à Eisenach, Homburg ou Berlin : dans des petites et grandes villes de tout le pays, de nombreux citoyens et citoyennes se rassemblent pour manifester contre l’oubli, contre la haine et l’incitation à la haine ce week-end aussi. Un signe fort pour la démocratie et notre Constitution », a déclaré le chancelier fédéral Olaf Scholz sur X ce samedi matin.

Particulièrement visé lors de ces manifestations, l’AfD s’est contenté de dénoncer la nature de ces rassemblements à travers l’Allemagne : « Où en sommes-nous en Allemagne lorsqu’un gouvernement appelle à une manifestation contre une partie de la population ? », dénonçant au passage une « campagne contre le seul véritable parti d’opposition d’Allemagne ».

À voir également sur Le HuffPost :

Colère des agriculteurs : Marion Maréchal envoie des messages vocaux pour promouvoir son programme

« Ultra-droite » ou extrême droite ? Le choix des mots n’est pas anodin, on vous explique pourquoi