Publicité

Les États-Unis et Israël s’opposent frontalement sur le futur de la Palestine

La passe d’armes que sont livrés, vendredi 23 février, Benyamin Nétanyahou et Antony Blinken n’est pas passée inaperçue. Le Premier ministre israélien a d’abord proposé, pour la première fois depuis le 7 octobre, son plan pour “le jour d’après” qui prévoie notamment le maintien du “contrôle sécuritaire” d’Israël en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. L’Autorité palestinienne et le Hamas ont naturellement rejeté cette option. Mais c’est aussi le cas du secrétaire d’État américain, qui a réitéré l’opposition des États-Unis à toute “réoccupation” de Gaza, ainsi qu’à la poursuite de la colonisation de la Cisjordanie.

Le document que Benyamin Nétanyahou a soumis jeudi soir à son cabinet de sécurité pour approbation, affiche des objectifs à court terme “inchangésselon le quotidien Ha’Aretz : “détruire les capacités militaires et les infrastructures gouvernementales du Hamas et du Jihad islamique et assurer la libération des otages”. À moyen terme, “Israël maintiendra sa liberté d’opération militaire à Gaza, établira une zone tampon et s’engagera dans des opérations pour contrecarrer la contrebande le long de la frontière entre l’Égypte et Gaza”.

La proposition de Nétanyahou concerne également le gouvernement civique dans le Gaza d’après-guerre, qui sera confié à “des responsables locaux” qui “ne doivent pas être liés à des États ou à des organisations qui soutiennent le terrorisme”. Le langage du texte reste “vague”, selon le site d’information The Times of Israel, mais il pourrait “exclure les groupes qui reçoivent des financements du Qatar et de l’Iran – comme le Hamas – ou éventuellement de l’Autorité palestinienne, dont le programme de protection sociale comprend des paiements aux terroristes condamnés et à leurs familles”.

Enfin, insiste le plan, “Israël s’efforcera d’assurer la fermeture permanente de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) ”, et veillera à “déradicaliser” le territoire. Ce plan de “réhabilitation” sera réalisé avec “le financement et sous la direction des pays approuvés par Israël”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :