Publicité

États-Unis: deux hommes reconnus coupables du meurtre de Jam Master Jay, DJ du groupe Run-DMC

Plus de 20 ans après la mort de cette figure américaine du hip-hop, deux hommes ont été reconnus coupables du meurtre à Brooklyn ce mardi 27 février.

Deux hommes ont été reconnus coupables ce mardi 27 février par un jury du tribunal fédéral de Brooklyn pour le meurtre en 2002 du DJ et fondateur de Run-DMC, Jam Master Jay, une figure du hip-hop dont le décès brutal avait choqué l'univers du rap.

Jam Master Jay avait été tué par balle à 37 ans, le 30 octobre 2002, dans son studio d'enregistrement du Queens à New York, un crime resté non élucidé pendant près de deux décennies, avant l'inculpation en 2020 des deux suspects, Ronald Washington et Karl Jordan Jr.

"Vous venez de tuer deux innocents", a lancé Ronald Washington au moment où il était conduit hors de la salle d'audience, alors que des parents et amis des accusés, présents au procès qui a duré près d'un mois, éclataient en sanglots.

La thèse d'une vengeance

D'après l'accusation, les deux hommes avaient agi par vengeance, après avoir été exclus d'une vente de cocaïne.

Les procureurs se sont appuyés sur deux témoins qui ont longtemps gardé le silence, par peur de représailles selon l'accusation. D'après leur thèse, Karl Jordan Jr, 18 ans à l'époque et filleul de la victime, a tiré une balle dans la tête du DJ, pendant que Ronald Washington tenait en joue les autres personnes présentes dans le studio.

Mais les avocats de la défense pointaient du doigt un troisième suspect, Jay Bryant, inculpé en mai 2023 et qui doit être jugé séparément et à une date ultérieure. Selon l'accusation, Jay Bryant est impliqué car il a permis aux deux accusés de rentrer dans le studio, mais pour la défense, c'est sur lui que pèsent les soupçons les plus lourds.

La mort de Jam Master Jay dans son studio du Queens, l'arrondissement populaire new-yorkais où s'était formé Run-DMC au début des années 1980, avait été un immense choc pour l'univers du rap, rappelant les morts violentes de deux autres géants, Tupac Shakur, assassiné à Las Vegas en 1996, et The Notorious B.I.G., tué à Los Angeles en 1997.

Des funérailles grandioses

Ses funérailles dans la cathédrale Allen avaient été grandioses, réunissant le gotha du rap américain de l'époque, de LL Cool J à Queen Latifah, en passant par Chuck D (Public Enemy) et ses compères de Run-DMC, Joseph "Run" Simmons et Darryl "DMC" McDaniels, au milieu de plusieurs milliers de personnes.

Le trio est souvent considéré comme le premier grand groupe de rap, avec ses tubes "It's Like That", "It's Tricky", et la célèbre reprise du titre d'Aerosmith, "Walk This Way", en duo avec le groupe de rock.

Le procès a révélé une part plus sombre du DJ, de son vrai nom Jason Mizell, qui s'était impliqué dans le trafic de drogue pour soutenir son train de vie et celui de ses proches, alors que Run-DMC perdait de sa notoriété, selon les procureurs. Le prononcé de la peine aura lieu à une date ultérieure.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Run-DMC poursuit en justice Walmart et Amazon