Publicité

Épuisé par les infractions des automobilistes, ce ferronnier fabrique un faux radar devant chez lui

À Saint-Hilaire-des-Loges, près de Niort, un ferronnier de 50 ans, exaspéré par les excès de vitesse le long de la D745, a pris une mesure radicale : la construction d'un faux radar. Sans viser la répression, mais cherchant plutôt à endiguer les nuisances sonores et le danger pour les riverains, cet artisan-métallier a agi par nécessité, rapporte Le Figaro. «Je ne suis ni flic ni parfait !», a-t-il toutefois tenu à expliquer auprès de nos confrères, tout en insistant sur son objectif pacifique.

D’après lui, le radar factice, installé le 15 novembre, a eu un effet dissuasif. A son approche, les conducteurs ralentissent brusquement. David Cartron, premier adjoint municipal, soutient pleinement cette action inhabituelle. «Nous n’en serions pas arrivés là si tous les automobilistes respectaient la limitation de vitesse à 50 km/h au lieu de foncer à 80, voire à 100 km/h le long de cette voie», justifie-t-il. Pour lui, le faux radar est une réponse temporaire mais efficace pour venir à bout de ce problème persistant.

L'installation réelle de dispositifs de contrôle est bien envisagée par la commune, mais les obstacles techniques sur cette section de route rendent cette solution complexe. La réaction des automobilistes, allant des insultes à des gestes d'hostilité comme des doigts d’honneur, motive encore davantage cette démarche. Le geste de ras-le-bol du ferronnier est devenu un symbole de la frustration collective face à l'irresponsabilité au volant. Reste que l'idéal pour la commune (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vente aux enchères : vous pouvez acheter des voitures à partir de 50 euros
Dématérialisation des PV : les conducteurs dans la mire des rois de l’arnaque
Renault, Tesla… à votre avis, quels constructeurs autos sont dans le top 10 des ventes de voitures en novembre ?
Voiture électrique : les avantages et inconvénients des différents systèmes de recharge
En Suisse, des radars mal réglés ont flashé 10 000 automobilistes à tort