Publicité

« Nous, élus de Seine-Saint-Denis, demandons la levée des sanctions contre notre députée Raquel Garrido » - TRIBUNE

Raquel Garrido, députée LFI de Seine-Saint-Denis, le 4 octobre 2022
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP Raquel Garrido, députée LFI de Seine-Saint-Denis, le 4 octobre 2022

TRIBUNE - Nous sommes élu-es et militant-es de Bobigny, du Bourget et de Drancy, c’est-à-dire de la 5ème circonscription de Seine-Saint-Denis. Raquel Garrido est notre députée.

Lundi 6 novembre, Raquel Garrido a été sanctionnée par le bureau du groupe parlementaire LFI. Cette sanction empêche notre députée d’être cheffe de file en Commission des Lois et dans l’hémicycle, ainsi que de poser des Questions au Gouvernement. Plus généralement, elle tend à jeter l’opprobre sur notre députée.

Priver Raquel Garrido de sa pleine capacité à intervenir à l’Assemblée nationale, est une atteinte directe à la volonté des habitant-es de nos communes qui ont mené une rude bataille pour l’élire et se défaire de 20 ans de droite affairiste incarnée par le député Jean-Christophe Lagarde.

Priver Raquel Garrido de sa pleine capacité à intervenir à l’Assemblée nationale, est une atteinte directe à la volonté des habitant-es de nos communes.

Si, en juin 2022, 13 107 électeurs et électrices de notre circonscription ont fait le choix d’utiliser un bulletin de vote NUPES, c’était bien pour avoir une députée NUPES à 100 % à l’Assemblée nationale. Par cette sanction, c’est la représentation des citoyens et citoyennes de la 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis qui est rabougrie : c’est inadmissible.

À l’Assemblée nationale, chaque voix compte, y compris celle de Raquel Garrido

L’article 3 de la Constitution dispose que « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » Aucune injonction à agir ou à ne pas agir ne peut être adressée à un parlementaire.

L’élection de juin 2022 a permis de mettre en minorité à l’Assemblée nationale les groupes de la coalition présidentielle. Dans cette configuration inédite, chaque voix compte. La voix de Raquel Garrido compte. À qui bénéficie sa mise en sourdine ? À la droite affairiste qui gangrène notre territoire, aux macronistes, à l’extrême droite. Nous ne pouvons pas supporter que l’on perde des forces, alors qu’il faudrait accroître la capacité de la Seine-Saint-Denis, continuellement stigmatisée, à faire entendre la réalité de la vie de ses habitantes et habitants au sein de l’hémicycle.

À qui bénéficie la mise en sourdine de Raquel Garrido? À la droite affairiste qui gangrène notre territoire, aux macronistes, à l’extrême droite.

Raquel Garrido exécute sa sanction depuis déjà un mois. Les élu-es et responsables politiques que nous sommes n’avons pas été mis en mesure de juger les faits qui lui sont reprochés puisqu’ils sont demeurés secrets, dans le cadre d’une procédure dont l’opacité est regrettable.

Nous demandons aux autorités compétentes de lever cette sanction qui n’a que trop duré, ce qui permettra de nouveau à Raquel Garrido d’exercer pleinement le mandat de représentation nationale que nous lui avons confié.

À voir également sur Le HuffPost :

Raquel Garrido mise au ban de LFI, tout comprendre à l’affaire qui agite la France insoumise

Raquel Garrido répond à Jean-Luc Mélenchon qui l’accuse de vouloir « tuer le père »