“Zones de guerre”. Afrique du Sud : violences sans précédent depuis des années, au moins 70 morts

·1 min de lecture

Les violences se sont intensifiées avec un dernier bilan faisant état de 72 morts, mardi. L’armée a été déployée, quelque 2 500 soldat venant épauler les policiers dans les points chauds.

L’Afrique du Sud était mardi 13 juillet “sur le fil du rasoir”, écrit le quotidien Business Day, “alors que de violentes émeutes ont pris de l’ampleur au point que la police est aux prises avec des milliers de manifestants organisés pour piller puis brûler des centres commerciaux et des entrepôts et saboter des infrastructures stratégiques”.

Le bilan des violences, qui ont éclaté vendredi dans la foulée de l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma, s’élève à au moins “72” morts, a annoncé dans la soirée la police, citée par le tabloïd The Sowetan. 27 personnes ont trouvé la mort dans la province du Kwazulu-Natal (KZN), d’où M. Zuma est originaire, dans l’est du pays, et 45 dans la province du Gauteng qui compte la plus grande ville du pays, Johannesburg.

À lire aussi: Crispation. L’Afrique du Sud en proie aux violences après l’emprisonnement de Jacob Zuma

La plupart des décès sont survenus lors de “bousculades pendant des pillages de magasins et de centres commerciaux”, tandis que d’autres morts et blessures sont liées “à des explosions de distributeurs automatiques de billets et à des tirs”, a précisé la police, qui a par ailleurs indiqué avoir procédé à “1 234 arrestations” liées aux violences.

“Zones de guerre”

Des troupes supplémentaires ont été déployées mardi, portant à quelque 2 500 le nombre de soldats dans le Gauteng

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles