«Zones sans contrôles d'identité» en France: le gouvernement dit non

·1 min de lecture

Il s'agit d'un recadrage en règle. L'idée lancée par la défenseure des droits, Claire Hédon, d'instaurer des zones sans contrôles d'identité est balayée tout net par l'exécutif qui a mis les points sur les i après plusieurs jours de polémique.

Fin de l'histoire : à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement prend la parole. Gabriel Attal insiste, la Défenseure des droits est dans son rôle en faisant des propositions, le gouvernement aussi en les refusant. « Ce que je peux vous dire, c'est que nous désapprouvons l'idée de suspendre les contrôles dans certains territoires en France, déclare-t-il. Donc, ce n'est pas une proposition qui est suivie par le gouvernement. »

Même rhétorique quelques heures plus tard devant le Sénat. Cette fois, le Premier ministre, Jean Castex, après avoir dit tout son respect pour l'institution du Défenseur des droits, nommé par le président de la République, ferme la porte à sa proposition. « Je dis solennellement qu'il n'y a pas et qu'il n'y aura pas de zones sans contrôles d'identité en application des lois de la République. Je vous remercie », a-t-il martelé.

Au-delà de l'exécutif, à gauche comme à droite, personne ou presque n'a vu dans la proposition de Claire Hedon une bonne mesure pour lutter contre les discriminations.

À lire aussi : «Zones sans contrôles d'identité» : la proposition de la défenseure des droits mal accueillie