La Zone Verte de Bagdad sombre dans le chaos, douze morts

Thaier Al-Sudani / REUTERS

L'Irak, dans l'impasse politique depuis les législatives d'octobre 2021, ne cesse de s'enfoncer dans la crise. Lundi, la situation a brutalement dégénéré dans la capitale et des centaines de partisans de Moqtada Sadr ont envahi le palais de la République où siège le Conseil des ministres.

Douze personnes ont été tuées par balle dans la Zone Verte de Bagdad en plein chaos après un nouveau coup d'éclat du leader chiite Moqtada Sadr, qui a annoncé son "retrait définitif" de la politique en Irak, désormais sous couvre-feu. L'Irak, dans l'impasse politique depuis les législatives d'octobre 2021, ne cesse de s'enfoncer dans la crise.

Lundi, la situation a brutalement dégénéré dans la capitale et des centaines de partisans de Moqtada Sadr ont envahi le palais de la République où siège le Conseil des ministres, ont constaté des journalistes de l'AFP. Alors que les sadristes investissaient les bureaux, s'installant dans des fauteuils, sautant dans la piscine ou prenant des selfies, les forces de l'ordre tentaient de disperser d'autres manifestants à coups de grenades lacrymogènes aux entrées de la Zone Verte, qui abrite les sièges des institutions et l'ambassade américaine, a affirmé une source de sécurité à l'AFP.

Douze partisans de Moqtada Sadr ont été tués par balle et 270 autres blessés, ont indiqué des sources médicales à l'AFP, sans plus de précisions sur les circonstances. Certains blessés ont reçu des tirs, d'autres ont inhalé du gaz lacrymogène. Des témoins ont fait état à l'AFP d'échanges de tirs entre sadristes et partisans du Cadre de coordination, rival pro-Iran du camp de Moqtada Sadr, aux entrées de la Zone Verte. L'armée a décrété un couvre-feu national qui est entré en vigueur à 16H00 GMT, et les forces de l'ordre ont quadrillé la capitale. La Maison Blanche a jugé la situation "inquiétante" et a appelé au calme et au dialogue.

Rues vides

La mission de l'ONU en Irak, dont le siège se trouve dans la Zone Verte, a appelé toutes les parties à la "retenue maximale". Dans la soirée le couvre-feu(...)


Lire la suite sur Paris Match