Zone interdite - "C’est spécial déprime ce soir", "émission très dure à regarder", "je vais me coucher" : le reportage sur le pouvoir d’achat brise le coeur des internautes

Après avoir travaillé toute sa vie, Julie touche une pension de retraite d'à peine 700 euros mensuels. (Capture d'écran M6) (Capture d'écran M6)

Ce dimanche 3 avril, M6 et les équipes de "Zone interdite" s’intéressent au pouvoir d’achat, principale préoccupation des Français à l’occasion de l’élection présidentielle. Leslie, Cédric et leurs enfants, Sandrine et Frédéric, Caroline ou encore Julie… ces Français se battent au quotidien pour ne pas tomber dans une extrême pauvreté. Leurs histoires et leurs situations ont profondément inquiété et touché les internautes.

L’angoisse du lendemain. Ce dimanche soir, sur M6, Ophélie Meunier et les journalistes de "Zone interdite" proposent un reportage consacré à ces nombreux Français qui ne cessent de voir augmenter leurs frais incompressibles. À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, plus que jamais, le pouvoir d’achat est une préoccupation majeure, si ce n’est la principale préoccupation de nombreux citoyens. En effet, malgré les récentes statistiques démontrant que le pouvoir d’achat est en hausse depuis cinq ans, plus de trois Français sur quatre disent ressentir le contraire. Il faut dire que le pouvoir d’achat ne tient pas compte des dépenses incompressibles comme l’énergie ou encore le logement.

"Ça me brise le coeur…"

Ce soir, le reportage s’est intéressé au quotidien de Sandrine, auxiliaire de vie qui parcourt chaque jour de nombreux kilomètres et Frédéric, son époux chauffeur-livreur, qui a décidé de devenir indépendant (et de s’endetter) pour espérer un avenir meilleur. Le couple vit dans l’angoisse aujourd’hui et cumule les nombreux courriers de la part d’huissiers. Leslie et Cédric, eux, touchent un salaire cumulé de 4000 euros mensuels et leur projet immobilier leur donne le sentiment de s’appauvrir. De son côté, Caroline, 40 ans, fait des pieds et des mains pour sauver son hôtel familial sans ne jamais compter ses heures. Quant à Julie, 70 ans, la retraite ne s’apparente aucunement à de la sérénité : sa pension, d’à peine 700 euros mensuels, l’empêche de se chauffer et elle va bientôt devoir contribuer aux frais de séjour de sa mère, âgée de 100 ans, qui est en EHPAD. Tous ont un point commun : leurs histoires et leurs parcours ont profondément touché les téléspectateurs.

VIDÉO - Ophélie Meunier : ses rares confidences sur sa fille Valentine