« Zone interdite » : dans les coulisses de la sécurité d’Emmanuel Macron

·1 min de lecture
La garde républicaine, qui sécurise le palais de l'Élysée, s'entraîne régulièrement à de potentielles attaques.
La garde républicaine, qui sécurise le palais de l'Élysée, s'entraîne régulièrement à de potentielles attaques.

Branle-bas de combat à l?Élysée. Un homme vient de s?introduire dans les jardins du palais présidentiel en franchissant les grilles. En quelques secondes, la garde républicaine, qui veille sur les lieux, est alertée et enfile gilets pare-balles, masques à gaz et lunettes infrarouges, s?équipe d?armes de guerre et part inspecter le bâtiment. Pièce par pièce, chaque recoin est méticuleusement fouillé à la recherche du suspect, pendant qu?une équipe met le président à l?abri. L?intrus est enfin localisé dans la salle des fêtes et interpellé.

Cette scène, captée par les caméras de Zone interdite, n?est en fait qu?un exercice. Dans un document inédit diffusé ce dimanche 19 septembre sur M6, l?émission s?intéresse à l?envers du décor du palais de l?Élysée, notamment à ceux qui assurent la sécurité de ce lieu ultrasensible ainsi que celle du chef de l?État.

À LIRE AUSSIEmmanuel Macron, présidence tout risque ?

Exfiltration du président

À l?écart du tumulte du palais, c?est une équipe du GSPR (le groupe de sécurité de la présidence de la République) qui se prépare à un autre scénario catastrophe : l?attaque du président lors d?un déplacement. Dès le premier coup de feu, ces hommes surentraînés répliquent et forment une bulle de protection autour du chef de l?État, amené en lieu sûr avant d?être évacué en hélicoptère, le tout en moins de trois minutes.

Une préparation de chaque instant, d?ordinaire discrète, que les réalisateurs Julie Martin et Manuel Laigre ont pu exce [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles