Zone euro: le taux de chômage inchangé en juin à 6,6%, toujours au plus bas

Le taux de chômage dans la zone euro est resté inchangé en juin à 6,6% de la population active, son plancher historique atteint en mai, a annoncé lundi l'institut Eurostat.

L'indicateur est au plus bas depuis que l'office européen des statistiques a commencé à compiler cette série en avril 1998. Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 6,0%, un taux identique aussi à celui enregistré en mai révisé à la baisse, également un plancher historique

Sur un an en juin, le taux de chômage a baissé de 1,3 point dans la zone euro et de 1,2 dans l'UE.

Chez les jeunes (moins de 25 ans) toutefois, le taux de chômage a augmenté en juin de 0,4 point par rapport à mai dans la zone euro et de 0,3 point dans l'UE, pour s'établir à 13,6% dans l'UE et dans la zone euro.

Quelque 12,93 millions d'hommes et de femmes restaient sans emploi dans les 27 pays de l'UE, dont 10,92 millions dans les 19 pays partageant la monnaie unique.

Dans l'UE, les taux de chômage les plus élevés en juin ont été enregistrés en Espagne (12,6%), en Grèce (12,3%), en Italie (8,1%) et  en Suède (7,6%).

En France, 7,2% de la population active était au chômage, selon les données d'Eurostat.

La République tchèque (2,4%), la Pologne (2,7%) et l'Allemagne (2,8%) affichaient les taux de personnes sans emploi les plus faibles.

Le taux de chômage correspond au nombre de chômeurs en pourcentage de la population active.

Les chiffres d'Eurostat sont basés sur la définition du chômage du Bureau international du travail (BIT). Sont considérés comme chômeurs les personnes sans emploi qui ont activement cherché du travail au cours des quatre semaines précédentes et sont disponibles pour commencer à travailler dans les deux prochaines semaines.

alm/mad/lum

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles