Zone euro : face à l'inflation, la BCE confirme la prochaine hausse de ses taux

Fini l'argent facile et illimité dans la zone euro. La Banque centrale européenne a confirmé ce jeudi l'arrêt de son soutien monétaire à l'économie, via son programme d'achats d'actifs.

Face à une inflation record, la BCE a aussi annoncé pour fin juillet la hausse de ses taux directeurs, une première depuis dix ans. Christine Lagarde s'est exprimée à l'issue d'une réunion du conseil des gouverneurs, délocalisée à Amsterdam.

"L'inflation élevée est un défi majeur pour nous tous. Le Conseil des gouverneurs veillera à ce que l'inflation revienne à notre objectif de 2 % à moyen terme. Conformément à notre politique monétaire, nous avons l'intention de relever les taux d'intérêt de la BCE de 25 points de base lors de notre prochaine réunion en juillet. Pour l'avenir, nous prévoyons de relever à nouveau les taux d'intérêt directeurs de la BCE en septembre", a t-elle expliqué.

La BCE met ainsi un terme à une décennie de baisse des taux d'intérêt. La hausse de juillet sera la première depuis mai 2011. Depuis juin 2014, le taux de facilité de dépôt, était même négatif.

La BCE s'attend à une inflation autour de 6,8 % en 2022, avant de ralentir en 2023 à 3,5% et 2,1% pour 2024. Le conflit en Ukraine a nettement accéléré la hausse des prix en Europe notamment dans les pays du nord et de l'est.

En rehaussant ses taux directeurs, la Banque centrale européenne va tenter de ramener l'inflation sous contrôle. "L'effet de ce changement de cap ne sera pas immédiat" a prévenu Christine Lagarde, tandis que la BCE est accusée d'avoir pris du retard pour agir.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles