Zineb El Rhazoui traitée d'"arabe de service" : Idriss Sihamedi condamné à 3 000 euros d'amende

·1 min de lecture

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné le fondateur de BarakaCity à une lourde amende, mercredi 3 mars, pour des propos injurieux et racistes qu'il avait tenus sur Twitter contre Zineb El Rhazoui, ancienne chroniqueuse à Charlie Hebdo.

Idriss Sihamedi, sulfureux fondateur de BarakaCity, une ONG musulmane en voie de dissolution, a été reconnu coupable d'injures publiques racistes à l'encontre de Zineb El Rhazoui, ex-membre de la rédaction de Charlie Hebdo. Le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné, mercredi 3 mars, à une amende de 3 000 euros, a appris Marianne de source judiciaire. Il devra également verser à sa victime, qui s'est constituée partie civile, 1 500 euros de dommages et intérêts, assortis de 2000 euros de frais de justice. Âgé de trente-six ans, hyperactif sur son compte Twitter de plus de 40 000 abonnés, Idriss Sihamedi, de son vrai nom Driss Yemmou, s'en était pris à la chroniqueuse à la mi-septembre 2020, lui expédiant une salve de tweets rageurs, pour lesquels il a été poursuivi pour cyberharcèlement puis relaxé. Mais dans ce flot, un tweet, envoyé le 14 septembre, attirait particulièrement l'attention : il la traitait d’" arabe de service ", de " chien caressé par ses maîtres ". Avant de conclure : " J’espère qu’elle sera constipée jusqu’au silence. " Jugé pour " injure publique ", Driss Yemmou avait fait valoir, à l'audience en janvier, le caractère " satirique " de ses messages. Visiblement sans convaincre la 17e chambre...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Cyberharcèlement contre Zineb El Rhazoui : la Justice prononce la relaxe d'Idriss Sihamedi

Zineb El Rhazoui traitée d'"arabe de service" : Idriss Sihamedi dénonce un procès "politique"

Le président de BarakaCity jugé pour cyberharcèlement contre Zineb El Rhazoui