Zimbabwe: À la télévision, Robert Mugabe ne fait aucune référence à une éventuelle démission

Jade Toussay
1 / 2

Zimbabwe: À la télévision, Robert Mugabe ne fait aucune référence à une éventuelle démission

A la télévision, Robert Mugabe ne fait aucune référence à une éventuelle démission

INTERNATIONAL - Comme si de rien n'était. Mis sous pression par l'armée et la population qui réclament son départ, le président du Zimbabwe Robert Mugabe n'a même pas abordé le sujet lors de son intervention télévisée ce dimanche 19 novembre.

Au terme d'une réunion à huis-clos avec l'armée, le chef d'état s'est adressé à la nation. Mais, contredisant les déclarations de ses proches quelques instants avant la prise de parole, Robert Mugabe n'a nullement accepté de démissionner. Il reste donc sous le coup de l'ultimatum que lui a lancé son parti, le Zanu-PF, qui le menace de destitution s'il n'a pas quitté ses fonctions lundi 20 novembre à midi.

Mais là encore, rien n'indique que Robert Mugabe prendra en compte cette décision. Lors de son discours ce dimanche, il a d'ailleurs annoncé qu'il présiderait un congrès de son parti le mois prochain... alors que les membres du Zanu-PF avaient annoncé dans la journée qu'il était démis de ses fonctions.

Un discours "déconnecté de la réalité"

Ce discours, qui devait mettre un terme à la crise politique que traverse le Zimbabwe, risque au contraire de jeter de l'huile sur le feu. Samedi 18 novembre déjà, la population avait manifesté dans les rues pour réclamer le départ du président.

Après l'intervention présidentielle, les anciens combattants de la guerre d'indépendance ont appelé les Zimbabwéens à descendre de nouveau dans la rue mercredi 22 novembre pour obtenir le départ de Mugabe. "Ce discours était totalement déconnecté de la réalité. Nous soutiendrons toute procédure de destitution et appelons à manifester mercredi", a déclaré à l'AFP le chef de la puissante association de vétérans, Chris Mutsvangwa.

L'armée, à l'origine du mouvement de contestation, privilégie pour l'instant la solution pacifique. Le chef d'état major n'a à ce stade fait aucune annonce en réaction au discours du président.

Pourtant, les objectifs des militaires sont clairs: éloigner du pouvoir "la dynastie Mugabe", et notamment la Première...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages