Zemmour qualifié au second tour dans un sondage: quand Le Pen se disait prête à "céder sa place"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen le 28 septembre 2021 à Paris - ALAIN JOCARD © 2019 AFP
Marine Le Pen le 28 septembre 2021 à Paris - ALAIN JOCARD © 2019 AFP

Marine Le Pen pourrait-elle "céder sa place" à Eric Zemmour s'il parvient à la distancer dans les sondages? Le polémiste - pas encore officiellement candidat à la présidentielle - apparaît pour la première fois en mesure de se qualifier au second tour dans le dernier sondage Harris Interactive pour Challenges publié ce mercredi. Dans cette même étude, Marine Le Pen, elle, descend pour la première fois sous la barre des 16% d'intentions de vote et ne récolte plus que la troisième place.

Une très mauvaise nouvelle pour la candidate du Rassemblement national qui, jusqu'à présent, était toujours qualifiée pour le second tour face à Emmanuel Macron.

En 2017, l'hypothèse Marion Maréchal

En septembre 2017, Marine Le Pen avait envisagé de "céder (sa) place" si quelqu'un devenait "mieux placé" qu'elle pour "porter (ses) idées". La situation était différente de celle d'aujourd'hui: elle évoquait alors un possible Congrès qui pourrait désigner le ou la candidate du RN pour la présidentielle, dans un contexte de tensions importantes au sein du pari entre Marion Maréchal et Marine Le Pen, certains imaginant même que sa nièce chercherait à être candidate en 2022.

"Ce qui m'importe, c'est la défense de la France, c'est de porter nos idées. Si un jour, si demain, il y a quelqu'un qui est mieux placé que moi pour le faire, qui est mieux placé que moi pour rassembler les millions de Français qui sont nécessaires pour opérer le redressement de notre pays (...) alors je lui céderai la place, c'est clair", disait alors Marine Le Pen, interrogée cette possibilité.

"Garder la tête froide"

Changement de ton quatre ans plus tard dans l'état-major du parti. Sébastien Chenu, porte-parole du RN, ferme ainsi la porte à tout éventuel retrait de la part de Marine Le Pen à six mois de la présidentielle.

"Il faut garder la tête froide. Les instituts de sondage se sont beaucoup trompés que ce soit aux dernières régionales ou aux dernières élections européennes. Ils nous ont beaucoup enterrés", a jugé sur BFMTV le député du Nord.

Ces chiffres s'ajoutent à une séquence compliquée pour la candidate qui semble peiner à convaincre désormais son propre camp. Eric Zemmour capterait 18% de l'électorat lepéniste de 2017 d'après le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI. Jean-Marie Le Pen a d'ailleurs annoncé soutenir l'essayiste.

Mise à jour: ce papier a été actualisé, pour préciser le contexte dans lequel Marine Le Pen s'exprimait en 2017

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles