Eric Zemmour : «C'est la huitième fois que la défaite frappe le nom de Le Pen»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Michel Euler/AP/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Eric Zemmour a appelé «le bloc national à s'unir et se rassembler» pour les législatives, et a fait part de sa «déception» après la réélection d'Emmanuel Macron.

Eric Zemmour a mené dimanche soir la charge contre Marine Le Pen, perdante du second tour … tout en appelant à mettre «fin aux querelles» pour faire le rassemblement. Le candidat de Reconquête a appelé «le bloc national à s'unir» pour les législatives, dessinant son souhait d’une alliance entre son parti, le Rassemblement national et la frange la plus droitière des Républicains. «C'est la huitième fois que la défaite frappe le nom de Le Pen», a-t-il attaqué (en référence aux cinq candidatures malheureuses de Jean-Marie Le Pen, et aux trois de sa fille Marine), prétendant avoir pronostiqué ces échecs «depuis des années».

"

Il n’y a pas de fatalité, il y a de quoi espérer

"

« Il n’y a pas de fatalité, il y a de quoi espérer », a enchaîné Eric Zemmour. Arrivé loin derrière le trio de tête avec 7% des suffrages exprimés au premier tour, avant d’appeler à voter pour Marine Le Pen pour le second, il a promis d'être «à la pointe du combat pour lutter pied à pied contre l'œuvre de déconstruction de la France menée par Emmanuel Macron», réélu président dimanche soir .

«Deux grands blocs politiques se forment, l'un macroniste et l'autre islamo-gauchiste», a-t-il ajouté, en référence aux soutiens du président de la République d'une part et à ceux de Jean-Luc Mélenchon d'autre part. Face à eux, «le bloc national doit lui aussi s'unir et se rassembler. Notre responsabilité est immense, c'est pour cela que j'appelle à l'union nationale en vue des législatives (...) Notre coalition n'est pas une option, elle est une nécessité, elle est un devoir».


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles