Zemmour candidat à la primaire? Ces jeunes LR ne ferment pas tous la porte

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

PRÉSIDENTIELLE - Si les jeunes LR sont majoritairement pour l’organisation d’une primaire des Républicains pour désigner leur candidat à la présidentielle, ils ne sont pas tous favorables à son ouverture à davantage de profils. Interrogés par Le HuffPost sur une hypothétique candidature d’Éric Zemmour à cette primaire - dont la tenue reste à confirmer -, certains disent non. Mais d’autres laissent une porte ouverte au polémiste.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, les jeunes LR, réunis lors des journées d’été des Républicains ces samedi 4 et dimanche 5 septembre au Parc Floral à Paris, n’ont pas tous un avis tranché sur la question. ”Éric Zemmour représente un électorat de droite, conservatrice, reconnaît Pierre-Alexandre, militant des Jeunes LR. Peut-être qu’il pourrait réaliser un certain score, mais c’est à voir.”

Valeurs communes

Si certaines valeurs semblent communes entre le parti de droite et le polémiste, l’idée d’un candidat supplémentaire ne fait pas l’unanimité. “Il a des idées qu’on pourrait qualifier de droite, son côté souverainiste, là-dessus on se reconnaît, admet Cédric, militant. Maintenant, avoir un candidat supplémentaire, on n’en a pas forcément besoin...”

“Je suis un peu mitigé sur le sujet, nuance un autre militant, Amaury, qui sait déjà pour qui il voterait en cas de primaire. Il [Eric Zemmour, ndlr] se rapproche plus sur les idées du Rassemblement national que des Républicains. Il correspond moins à mes valeurs que Valérie Pécresse.”

“Ligne rouge”

D’autres refusent tout simplement l’idée même de cette candidature. “Il ne semble pas vraiment partager nos idées, estime Quentin. Il a des prises de position sur certains sujets que je ne qualifie pas de républicaines ni de gaullistes. À partir de là, il n’a pas sa place dans notre primaire.”

“La porte n’est fermée pour personne. On attend déjà de voir s’il est candidat et ce qu’il propose pour la France, souligne Tristan. S’il dépasse les limites et la ligne rouge, il ne pourra pas participer à la primaire.”

Six candidats à droite briguent déjà l’Élysée: Valérie Pécresse, Michel Barnier, Éric Ciotti, Philippe Juvin, et Denis Payre, tous acquis au principe d’une éventuelle primaire, ainsi que Xavier Bertrand, qui compte lui se présenter à l’Élysée sans passer par le départage.

Le parti a lancé une enquête auprès de 15.000 sympathisants de la droite et du centre, avant de trancher sur l’organisation ou non d’une primaire lors d’un congrès le 25 septembre, avec pour but de désigner son candidat fin novembre.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi ces Républicains ne veulent pas d’une primaire à droite

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles