Zemmour 2022 : le sondage flop qui rassure Marine Le Pen

·1 min de lecture

L’opération était bien lancée. Mais un sondage, dévoilé par l’Ifop ce mercredi 3 mars, vient heurter de plein fouet cette belle stratégie. L'analyse de notre chroniqueur David Desgouilles.

L’opération était bien lancée. La communication était parfaite. Un grand dossier de l’Express en avait donné le coup d’envoi : Éric Zemmour ne dirait pas non à une candidature à l’élection présidentielle. Le dossier de l’hebdomadaire était très complet, expliquant les raisons pour lesquelles l’éditorialiste y pensait, pas seulement en se rasant. Mais il détaillait aussi celles, non négligeables, qui en faisaient plutôt un homme qui regardait avec ravissement cette effervescence autour de lui mais qui, au bout du compte, n’en feraient jamais un véritable candidat prêt à tout sacrifier de sa vie, de son confort, de sa liberté, dans un combat coûteux et incertain.L'effet CNewsNe nous y trompons pas. Depuis ce débat où elle était apparue complètement en décalage avec l’attente qu’elle avait suscitée jusqu’alors, et pis, depuis cette image d’elle dansant le soir de sa défaite cuisante, comme si faire 33% des voix constituait un exploit dans une France qui avait soif de frontières, face au candidat de la " mondialisation heureuse ", la fameuse " droite hors-les-murs " souhaite se débarrasser de Marine Le Pen. Et après avoir constaté que Marion Maréchal passait son tour pour 2022, Éric Zemmour devenait alors la meilleure solution pour damer le pion à la présidente du RN. C’est peu dire...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

De Laurent Joffrin à Éric Zemmour : la galaxie hétéroclite des derniers admirateurs de Napoléon

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Pourquoi Bolloré protège Zemmour

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?